Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 00:30

Grève, crise politique, dette, rigueur… Le pays chaunois et les communes de Chauny et Tergnier se situent bien dans l’Aisne, en Picardie, pas en Grèce.

Résumons la situation. Labellisée au titre du plan de cohésion sociale en janvier 2006, la Maison de l’emploi et de la formation du pays chaunois (MEF) fusionne début 2010 avec la mission locale et est présidée par Gilbert Brassart, adjoint au maire de Chauny (Ump). Elle compte 34 salariés. La mission locale est devenue un service de la MEF.

En mai 2011, pour faire face à un important déficit, le président engage 7 licenciements, contestés par le syndicat Synami Cfdt et plusieurs élus. Le 30 juin, le président de la MEF, Gilbert Brassart, devait faire adopter le budget qui incluait les mesures sociales ; mais il démissionne, et la procédure s’arrête.

Le 2 septembre 2011 se tient un nouveau conseil d'administration. Michel Carreau, conseiller général (Pcf) est candidat au poste de président, mais il n’est pas élu. Il ne recueille que trois voix sur neuf, selon le quotidien régional L'Union (3/09/2011). L’impétrant évoque un « blocage politique. »

Une semaine plus tard, c’est le député Jacques Desallangre (parti de gauche), président de la communauté de communes Chauny-Tergnier, qui est élu président. À 76 ans, il indique avoir décidé d’assumer le poste « face à la gravité de la situation et dans l'intérêt du territoire », mais c’est « en désespoir de cause » selon L’Aisne nouvelle. La syndicaliste Édith Pigeault (Cfdt) évoque une « démarche constructive » de la part des administrateurs (L'Union, 9/09/2011). Mais le nouvel élu, s’il assure qu’il n’y va pas « la fleur au fusil » n’est pas d’un optimisme total « les chiffres parlent et ils ne sont pas en notre faveur ». Il indique qu'il y a eu « quelques erreurs de stratégie » et veut, pour les réparer, s’appuyer sur un nouveau directeur après le départ d'Antonio Terra.

Les décisions tombent en novembre. Ce sera un plan de rigueur pour 2012 (L'Union, 4/11/2011), baptisé par le président «plan de redémarrage » pour les 26 salariés restants. L’allègement de la structure se poursuit, avec la suppression de quatre postes sur les sept que comptait l’équipe de direction.

Le directeur lui-même ne se consacrera pas uniquement à l’association : Patrick Boutillier, responsable de la MEF de Laon (Aisne), assume la fonction dans le cadre d'un partenariat. Par contre, deux conseillers sont réembauchés parmi les salariés licenciés au cours de l’été.

Il reste que les mesures de réduction des coûts ne peuvent suffire à résorber un déficit qui avoisine 140 000 euros. Jacques Desallangre entend demander « un effort exceptionnel » aux financeurs, État, conseil régional et communautés de communes.

Ø      Voir Chauny-Tergnier : plus six, moins un, 4/07/2011, Chaunois : variable d'ajustement - Emploi et création, 24/05/2011 et Chauny-Tergnier : ne pas laisser tomber l’accompagnement, 16/06/2011.

 

02 Chauny lict 2011 Le personnel de la MEF lors d'une grève en mai 2011

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 00:08

Le feuilleton de la crise sociale que vit la Maison de l’emploi et de la formation du pays chaunois (Tergnier, Aisne) a connu la semaine dernière un rebondissement de taille.

Deux jours plus tôt, le député Jacques Desallangre (parti de gauche) avait interpellé le ministre du Travail « afin de sauver la maison de l'emploi » en portant une question orale au sujet des six licenciements programmés et du « désengagement financier de l'État. »

Le quotidien régional L’Union (29/06/2011) rapporte que le parlementaire interrogeait Xavier Bertrand, ministre du travail et maire de la ville voisine de Saint Quentin, en rappelant que c'est l'État qui avait encouragé la maison de l'emploi et la mission locale à fusionner : « Un projet difficile, mais mené à bien ».

Il ne comprenait donc pas que la participation de l'État baisse de 23 % cette année et qu'aucune dotation ne soit allouée en faveur de l'insertion des jeunes. De ce fait, le budget 2011 de la maison de l'emploi devenait déficitaire de 92 000 euros.

C’est Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’État aux solidarités et de la cohésion sociale, qui fut chargée de répondre qu’il serait « nécessaire de trouver de la cohérence avec Pôle emploi » mais que l'engagement financier de l'État serait « toujours significatif. »

Jacques Desallangre a ensuite proposé une nouvelle hypothèse : « Ne serait-il pas possible d'envisager une avance remboursable afin que la MEF poursuive ses actions ? »

Sans avoir reçu de solution, c’est un évènement interne qui a suspendu la procédure de licenciement.

Le bureau de la MEF se réunissait au siège le 30 juin. Il s’agissait de valider le budget et les procédures engagées. Les administrateurs ont été accueillis par le personnel qui débrayait de nouveau, et brandissait les lettres de licenciement (L’Union, 1/07/2011). Pour Edith Pigeault, déléguée syndicale Cfdt Synami Picardie, le mot d'ordre était à « l'alerte du public. »

En fin d'après-midi, le président de la MEF, Gilbert Brassart, adjoint au maire de Chauny (Ump) démissionne de ses fonctions. Le budget n'est pas été validé. Les licenciements projetés sont suspendus, faute d’un responsable légal pour les mettre en œuvre.

« Mais rien n'est gagné » constataient les salariés selon L’Union.

02 Chauny lict 2011

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 00:04

La Maison de l’emploi et de la formation du pays chaunois, basée à Tergnier (Aisne), qui envisageait sept licenciements en mai 2011 (voir Chaunois : variable d'ajustement - Emploi et création, 24/05/2011) a finalement ajusté un peu son plan, après les grèves du 24 mai et du 9 juin. Mais, sur les 24 salariés de la structure qui a fusionné mission locale et maison de l’emploi en juillet l’an passé, 6 vont quitter les rangs cet été, selon le syndicat Cfdt Synami Picardie. Pour le quotidien régional L’Union « C’est jour de licenciement » (10/06/2011).

Le quotidien départemental L’Aisne nouvelle (8/06/2011) voit les élus sonner « le tocsin pour la maison de l'emploi » tandis que, martialement, le directeur, Antonio Terra, annonce « nous ne laisserons pas tomber l’accompagnement global. Nous ferons en cela de la résistance. »

Car c’est bien autour des pratiques de suivi que se concentre le problème de la structure. Pour le dirigeant de la MEF, « il faut autre chose qu’une baguette magique pour ramener sur le marché de l’emploi une personne qui en était très éloignée ». Mais la situation obligera à programmer des actions collectives là où il y avait de l’individuel : « lorsque nos financeurs de base se désengagent, on ne peut plus grand-chose. »

Michel Carreau, conseiller général et adjoint au maire de Tergnier (Pcf) met en cause le ministre du travail, de l'emploi et de la santé, Xavier Bertrand, élu du département et maire de Saint Quentin. « On licencie ceux qui ont pour mission de proposer des emplois et des formations » assure l’élu communiste, alors que les délégués Cfdt du personnel constatent que le territoire cumule « hausse de 5,1 % des demandeurs d'emploi en un an dont 40 % de longue durée, et baisse de 26,7 % des offres d'emploi collectées. »

Pour la déléguée du personnel, Edith Pigeault, « 500 jeunes seront demain en attente d'un rendez-vous » ; or, selon l’élue Cfdt « Nous sommes tous déjà au maximum, comment voulez-vous que nous nous répartissions 500 personnes en plus. C'est énorme et infaisable. »

Pour le quotidien de Reims, L’Union, la faute en incombe à l’État qui réduit son financement de 35 000 euros : « Cette MEF, qui fut l'une, si ce n'est la première du département que tout le monde a couvert de lauriers, semble aujourd'hui bonne à jeter aux chiens ! » Le journal fait une différence avec « les élus locaux se remuent tout de même un peu, et ce malgré un État qui lâche de plus en plus les collectivités locales et, par voie de conséquence, la population. »

À l’occasion de la grève du 9 juin, les salariés ont pu compter leurs appuis. Selon L’Aisne nouvelle (13/06/2011), plusieurs jeunes suivis par des conseillers de la MEF, sont venus pour les soutenir dans leur piquet de grève. En moyenne, selon la Cfdt, un conseiller à temps plein s'occupe de 140 personnes. Une pétition a été signée par des élus dont le député, Jacques Desallangre (Parti de gauche).

Les conseillers généraux des quatre cantons concernés ont obtenu la tenue d’une table ronde, mardi 21 juin à la MEF, avec les différentes parties du dossier. Mais les lettres de licenciements sont bien parvenues aux destinataires.

 

 02_Chauny_lict_2011.jpgManifestation devant la MEF, le 9/06/2011

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 00:07

Curieux effet que celui de la réforme du cahier des charges des maisons de l’emploi, comme on peut le constater à Compiègne (Oise).

La Maison de l’emploi et de la formation du Pays compiègnois (MEF), fondée en 2006 est présidée par Philippe Marini, député maire de la ville impériale (Ump). En 2009, elle a emménagé dans de vastes locaux, partagés avec la mission locale. 35 employés s’y retrouvaient sur 1200 m², sans parler des permanences de leurs partenaires. Contrairement à d’autres institutions en Picardie, la fusion de la MEF et de la mission locale n’était pas programmée.

Mais c’est même, au contraire, une scission qui vient de se produire.

Le 29 avril 2011, l’agglomération de la région de Compiègne (ARC) avait convoqué une assemblée constitutive d’un Bureau intercommunal de l’emploi (BIE). La nouvelle structure est devenue opérationnelle le 1er juin, sous la direction d’Oumar Ba, ancien directeur adjoint de la MEF.

Selon le quotidien régional, Le Courrier Picard (1/06/2011), le respect du cahier des charges aurait obligé la MEF « à abandonner une partie très importante de son activité : l'accompagnement vers l'emploi d'un public adulte et bien souvent en grande difficulté. »

Le Bureau intercommunal de l'emploi (BIE) prend donc le relai, avec la même équipe, dans les mêmes locaux, et avec l’essentiel du budget de la MEF, soit 73% des crédits qui lui ont été réaffectés.

Dans les mêmes lieux il y aura donc la mission locale pour accueillir les jeunes, le BIE pour recevoir ceux de plus de 26 ans et la MEF. Cette dernière devrait « désormais se préoccuper de coordonner et de mettre en liaison les actions d'accompagnement vers l'emploi, d'assurer les études et diagnostics du développement économique du territoire » (Le Courrier Picard, 1/06/2011).

Sur les 14 salariés de la MEF ancienne formule, une dizaine a rejoint le BIE. Le site internet de la MEF ne rendait pas compte, début juin, de la modification de son périmètre.

Pour le quotidien régional, il s’agit d’un « organisme supplémentaire, ajouté dans un dispositif d'insertion et d'emploi déjà pléthorique. »

Le nom de Bureau intercommunal de l'emploi a déjà été utilisé, notamment dans l’Aisne avec un BIE mis en place en 1999 (Vic-sur-Aisne, Oulchy-le-Château, Amblemy, Ressons-le-Long) ou dans les Vosges (Rambervilliers).

 Compiegne_2011_equipe.jpg L’équipe de la MEF avant la scission

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 00:06

Selon le syndicat Cfdt du secteur, le Synami Picardie, les employés de la Maison de l’emploi et de la formation du pays chaunois, basée à Tergnier (Aisne) sont en grève depuis le mardi 24 mai 2011. Ils protestent contre les sept licenciements économiques engagés par la structure, qui est issue de la fusion, en juillet 2010, de l’ancienne mission locale et de l’ex-maison de l’emploi. La MEF compte aujourd’hui 26 salariés.

L’organisation des salariés rappelle qu’elle a interpellé le 11 avril 2011 l’État et la région picarde « sur l’inquiétante situation financière » de la structure qui est « la conséquence du choix de diminuer les financements des structures de nos réseaux MEF / ML. »

Pour les syndicalistes, c’est une « situation paradoxale » alors que le bassin d’emploi cumule une hausse des demandeurs d’emploi (+ 5,1% depuis un an à fin mars 2011) et une baisse des offres d’emploi (- 26,7 % sur un an).

La Cfdt rappelle que, en 2009 les salariés ont participé au projet de fusion « décidé par l’État et la région » sur la base du cahier des charges 2008 pour mieux répondre aux besoins des bénéficiaires du territoire et construire une offre de services cohérente.

Un an après la mise en œuvre de la mesure, le syndicat se demande « où sont les moyens de l’État et de la région pour assumer le choix contraint de cette fusion ? » Pour le Synami, « la variable d’ajustement ne peut pas être les salariés ! » Les salariés assurent que, « en tant que professionnels de l’insertion responsables, nous ne pouvons pas nous résoudre à travailler sans moyens. »

Le traité de fusion avait été signé le 5 juillet 2010 par Michel Delpuech, préfet de région, Claude Gewerc, président du Conseil régional de Picardie (Ps), Gilbert Brassart, adjoint au maire de Chauny (Ump) et président de la Maison de l’emploi et Jean-Claude Chevalier, président de la Mission locale et conseiller municipal de Tergnier. L’objectif affiché, selon les partenaires, était « un souci d’optimisation des fonds publics, des moyens et des compétences » ce qui « impulsera une nouvelle dynamique. »

Jeudi 26 mai 2011, la MEF a prévu d’organiser une manifestation sur « le second œuvre et le développement durable. » Elle reste présidée par Gilbert Brassart.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 00:08

Annoncé en juillet 2008, le rapprochement de la Maison de l’emploi de Bohain-en-Vermandois et de la Maison de l'emploi et de la formation du Saint Quentinois vient de trouver son aboutissement.

La Maison de l'emploi du Vermandois fonctionnait depuis 20 ans ; elle avait adhéré au réseau des maisons de l’information sur la formation et l’emploi (MIFE), avant de lancer, en 2000, un plan local d’insertion par l’activité économique (PLIE) rural.

Mais malgré son antériorité et son caractère exemplaire, qui fait que sa présidente Marie Hélène Jeanjean, maire de Savy, est vice-présidente d’Alliance Villes Emploi, la structure n’était pas labellisée au titre du plan de cohésion sociale, considérée comme trop petite.

Vivre seul sur un territoire trop petit n’est pas simple. Marie Hélène Jeanjean estimait que « les années se succédaient et se ressemblaient, que ce soit concernant les financements toujours en retard, les documents administratifs toujours nombreux ou encore les décisions prises d'en haut sans tenir compte du travail sur le terrain... » (La Voix du Nord, 25/07/2008).

Aussi, elle s’était engagée dans un processus de fusion avec la MEF de Saint Quentin, qui porte également une Cité des métiers. Non sans quelques exigences : « si nous devions avoir un seul souhait pour 2010, ce serait de ne pas, au motif d'une simplification extrême, oublier les niveaux pertinents d'intervention et les territoires, notamment ruraux, qui cumulent de nombreux freins et ont besoin d'une relation de proximité... » (La Voix du Nord, 31/01/2010).

Le 29 décembre 2010, les deux organismes ont tenu une assemblée générale extraordinaire : celle de l’association, pour la Maison de l'emploi du Vermandois et celle du groupement d’intérêt public (GIP) pour la MEF de Saint Quentin.

Selon L’Aisne nouvelle (2/01/2011), les raisons de cette fusion sont les « demandes de l’État et du conseil régional de Picardie en octobre 2008 ». Mais le site de Bohain et son équipe opérationnelle, dirigée par Catherine Gavériaux, sont maintenus.

Les élus du Vermandois siègent désormais au sein du conseil d'orientation de la MEF

 

Jeanjean_MH_Bohain-copie-1.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 00:09

En 2011, la Maison de l’emploi et de la formation du grand amiénois (MEF) et la Mission locale de la préfecture de la région Picardie ne feront plus qu’un. Mais la fusion se traduira d’abord par « une soustraction » selon le quotidien régional Le Courrier picard (6/10/2010).

Le 1er janvier 2011, la Mission locale d’Amiens (Somme) va donc absorber la MEF et en reprendre le nom. Les objectifs généraux sont ceux qui président à tous les rapprochements à l’œuvre en Picardie, c’est-à-dire selon le président de la MEF Daniel Beaupère, conseiller municipal de Rivery et vice-président d'Amiens Métropole, « mutualiser les moyens et de rendre les dispositifs plus lisibles pour les demandeurs d'emploi. »

Mais la conséquence la plus immédiate, liée à la baisse du financement de l’État et de la région, c’est la fin de contrat pour quatorze salariés en CDD. Par contre, les salariés en contrats à durée indéterminées ne seraient pas touchés.

Selon La Gazette (7/10/2010), L'État a baissé son aide à la MEF de 200 000 € en 2010 ; la diminution supplémentaire sera de 120 000 euros en 2011. La subvention du conseil régional se réduit également de 10 % entre 2009 et 2010. L’augmentation de la contribution d’Amiens métropole (+50 000 €, à 492 750 € en 2010) ne saurait donc compenser.

Le regroupement des deux entités est déjà une réalité, puisqu’elles cohabitent dans le local de la MEF, rue Gresset et partagent les mêmes antennes locales dans les quartiers d’habitat social ou les communes de l’agglomération.

Les représentants des salariés des deux structures ont exprimé leur inquiétude, s’étonnant, dans Le Courrier picard, de ce que le désengagement des financeurs intervient alors que les résultats sont en hausse et les objectifs fixés largement atteints.

 Daniel Beaupère, vice-président d'Amiens Métropole

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 00:07

La Maison de l’emploi et de la formation du pays du Sud de l’Aisne (MEF-PSA) a organisé, le 1er juin 2010 des échanges entre les élus et les acteurs du développement du territoire autour du diagnostic territorial partagé que prépare la MEF.

Il s’agit cependant d’une première étape d’un débat que la structure de Château Thierry souhaite élargir aux habitants du pays du Sud de l'Aisne.

La MEF-PSA a donc mis en place un blog pour recueillir les réactions et les propositions sur les thématiques développées dans ce document. Il concerne deux thématiques générales :

  • Contexte socio-économique : démographie et territoire, famille-enfance-jeunesse, logement, le marché du travail local, les chiffres de la formation, les services à la population.
  • Activités sectorielles : industrie, construction et métiers du bâtiment, agriculture et viticulture, transport et logistique, commerce

Fin août, le blog est en forme de test et les documents ne sont pas encore accessibles.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 00:07

Fin juillet 2010, le conseil d'administration de la Mission locale du grand Plateau picard (Oise) a annoncé son rapprochement avec les maisons de l’emploi et de la formation du Beauvaisis et du Clermontois.

En fait, deux opérations seront conduites début 2011 selon le quotidien régional Le Courrier Picard (11/08/2010). La mission locale, qui a été créée en 1987, fusionnera avec la Maison de l'emploi et de la formation du Clermontois et du Plateau picard (MEF). Mais les jeunes des cantons de Breteuil, Froissy, Crévecœur-le-Grand, seront rattachés à la Maison de l'emploi et de la formation du Beauvaisis.

La réorganisation décidée est contestée par Ludovic Mourault, délégué Cgt du personnel à la Mission locale du grand Plateau picard, qui s’inquiète de l’éventuelle disparition des missions d'accompagnement, d'information et d'orientation des jeunes.

Le syndicaliste craint la suppression de certains services de proximité comme « La location de mobylette, le taxi social, l'auto école sociale », qui sont pour lui « des réponses concrètes aux problèmes de mobilité des demandeurs d'emploi. »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 00:06

C’est le 5 juillet 2010, dans une cérémonie très diplomatique, qu’a été signé le « traité de fusion » entre la Maison de l'emploi et de la formation du Chaunois (MEF) et la Mission locale de Chauny Tergnier La Fère et Coucy-le-Château. Le préfet de région, Michel Delpuech et le président du conseil régional de Picardie, Claude Gewerc s’étaient joints à Gilbert Brassart, président de la MEF et à Jean-Claude Chevalier, président de la Mission locale pour l’occasion.

La Maison de l’emploi et de la formation du Pays Chaunois devient juridiquement le seul établissement. De fait, les deux organismes fonctionnaient de manière commune depuis janvier de cette année. Les instances des deux associations ont définitivement validé la fusion le 2 juin 2010. La nouvelle structure emploie désormais 34 personnes, sous la direction d'Antonio Terra. La mission locale devient un service de la MEF.

Pour la région, « un souci d’optimisation des fonds publics, des moyens et des compétences a conduit à la décision de fusionner les deux structures, ce qui impulsera une nouvelle dynamique. » Le nouvel organisme va permettre de réduire les coûts de fonctionnement, d’après Claude Gewerc, puisque avec un service rendu identique, le budget représentera 90 % de celui de 2009 (L’Aisne nouvelle, 7/07/2010).

Gilbert Brassart, adjoint au maire de Chauny et président de la nouvelle organisation commente le processus qui a démarré début 2009 (Le Courrier Picard, 06/07/2010) : « Nous avons vu l'opportunité d'outiller les pratiques de coopération, de revisiter nos pratiques professionnelles, agir plus et mieux ensemble ». Pour Gilbert Brassart, dans un contexte de compétition entre territoires, « La coopération est un mode opératoire efficace » et même une «arme fatale » (L’Union, 7/07/2010).

  Gilbert Brassart, adjoint au maire de Chauny

Le président de la région, qui souhaite que des fusions identiques ce produisent dans l’ensemble du territoire, considère que la fusion est un « premier succès » qui « vise à rendre le droit au travail le plus effectif possible. »

La cérémonie a également été l’occasion de la remise à six personnes d’un diplôme, après une validation des acquis de l'expérience. Elles ont été suivies pendant un an par la Maison de l'emploi et de la formation du Pays chaunois et ont pu ainsi faire reconnaître leurs compétences acquises dans plusieurs domaines : espaces verts, aide à la personne et bâtiment.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Picardie
commenter cet article

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents