Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 00:07

En mars 2011, plusieurs élus associés à la Maison de l'emploi Pévèle-Mélantois-Carembault, avaient lancé une motion pour dénoncer le désengagement de l'État qu'ils qualifiaient de « rupture unilatérale de contrat ».

S’étaient associés à cette initiative, selon le quotidien régional La Voix du Nord (24/03/2011), Bernard Debreu, maire de Seclin (Pcf), Luc Monnet, président de la communauté de communes du pays de Pévèle et conseiller général de Cysoing (Ump), et Jean-Luc Méquignon, maire adjoint d’Annoeulin (Ps) et Marc Godefroy, président de la Maison de l'emploi, maire de Lezennes et conseiller général (Ps) du Nor.

Ce dernier dénonçait ainsi la situation :  « Nous avons appris que l'État a décidé, unilatéralement, de baisser de 40 % sa dotation, qui passerait ainsi de 850 000 à 516 000 euros. Or, l'emploi c'est sa responsabilité ! La Maison de l'emploi, c'est, en fait, une co-fondation datant de 2006, demandée par le ministre du Travail Jean-Louis Borloo. Nous devions relayer et animer les politiques nationales sur notre territoire qui compte 44 communes. Ce partenariat a été positif jusque 2010. Mais, aujourd'hui, j'ai vraiment envie de pousser un coup de g... et de faire savoir que les élus ne sont vraiment pas d'accord. Ce n'est pas une position politicienne, mais une décision politique de Paris que nous mettons en cause ! »

L’élu nordiste continue à décrire les conséquences de la situation sur sa structure, qui fonctionne dans le cadre d’un groupement d'intérêt public : « Nous avons travaillé sur notre plan d'action jusque 2014 avec une quarantaine de partenaires et nous misions sur un budget de l'ordre de 1,2 millions. Cela en sachant que, dans un contexte de tension des finances publiques, nous avions accepté une baisse de la manne de l'État à 750 000 euros.

« Dans un premier temps, celui-ci a annoncé une baisse de 58 %. Puis, elle a été ramenée à 40 %, appliquée uniformément à toutes les Maisons de l'emploi. C'est une dynamique qu'il a voulu et qu'il est en train de casser. Le reste de notre budget est approvisionné par les collectivités à hauteur de 30 %, des organismes consulaires, Lille Métropole communauté urbaine... Les gens de la Maison de l'emploi veulent bien mouiller la chemise mais certainement pas sortir le porte-monnaie de leurs concitoyens. »

La maison de l’emploi veut maintenir ses cinq antennes en tant que lieu d'accueil, d'information et d'orientation pour les demandeurs d’emploi, les salariés et les responsables d'entreprises. Elle a cherché, en 2011, un financement de substitution avec le Fonds social européen mais craint à l’avenir de ne pouvoir maintenir ses neuf salariés, dirigés par Jalal Bouhsina.

En avril, la colère du représentant de la maison de l’emploi était rejointe par celle du président de la Mission locale, Jean-Claude Patou, qui se disait « furieux » de la remise en cause du mode de fonctionnement. Il protestait : « il n'est plus fait mention du partenariat avec les élus locaux. On se moque d'eux c'est comme si on s'asseyait dessus ! » (La Voix du Nord, 4/04/2011). On joue vraiment au yo-yo avec les jeunes alors que le chômage "explose". Pour l’adjoint au maire de Faches-Thumesnil (Ps), « on ne peut même pas justifier ça par des économies budgétaires car, dans le même temps, l'État annonce la relance de 7 000 contrats d'autonomies confiés à un opérateur privé avec des résultats moindres pour un coût dix à vingt fois plus cher. »

Mais les difficultés n’interdisent pas la fierté. Marc Godefroy, qui préside le 16 juin l'assemblée générale de la maison de l’emploi à Phalempin la présente comme « une sorte d'agence de développement territorial pour l'emploi » (La Voix du Nord, 10/06/2011).

L’assemblée générale devrait, outre l’adoption des rapports statutaires, être l’occasion de valider une nouvelle convention constitutive pour la période 2011-2014, de signer une charte de partenariat en matière d’accueil, information et orientation et enfin d’approuver une charte de fonctionnement avec Pôle emploi.

Le même jour, la maison de l’emploi organise une rencontre de son Club Réseau RH des entreprises de transport qui vise à transmettre savoirs et bonnes pratiques en matière de gestion des ressources humaines dans ce secteur professionnel.

 

59 Seclin

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 00:00

Reprenant des initiatives d’autres structures locales, comme celle de la Maison de l’emploi et de la formation de Cherbourg par exemple, la Maison de l'emploi de Boulogne-sur-Mer (Pas de Calais) lance un dispositif de « capteurs ».

Dans le cadre de la plateforme emploi mutations économiques du Boulonnais, mise en place en 2008, 317 entreprises des territoires de Boulogne, Calais, Dunkerque et Montreuil sont contactés par lesdits capteurs qui viennent rencontrer les chefs d'entreprise, évaluent leurs besoins et font le lien avec le chercheur d'emploi qui leur correspondra le mieux (La Voix du Nord, 13/05/2011)

L’originalité de l’opération tient dans le fait que les capteurs en question viennent de différents organismes économiques ou de l’emploi. Un comité technique les réunit mensuellement, pour partager les informations des capteurs sur les entreprises et proposer des réponses à leurs difficultés ou besoins.

Pour Patrice Durand, vice-président territorial de la CCI,  « Il y a dix ans, croiser les fichiers de la maison de l'emploi et de la chambre de commerce était quelque chose d'inimaginable ». L’université du littoral (ULCO) est également associée à l’opération.  

Une des difficultés venait, selon Hervé Hénon, président de la maison de l'emploi et de la formation du Boulonnais, du PLIE et de la mission locale, du fait qu’il y a « des acteurs de l'emploi qui ne se parlent pas. »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 00:05

Le quotidien régional La Voix du Nord  assure (10/03/2011) que, « avec la baisse des aides de l'État, il va être difficile de réussir en Sambre... »

Réussir en Sambre est le nom de la structure qui réunit la maison de l’emploi du Nord Avesnois, la mission locale et le Plan local d'insertion par l'emploi (PLIE), actuellement installée rue du Progrès à Maubeuge (Nord). Elle doit s’installer dans le quartier l'Épinette, sur la plaine du Vilvorde en 2013.

Benjamin Saint-Huile, maire (Ps) de Jeumont et vice-président de la communauté d'agglomération, ne comprend pas la décision : « Réussir en Sambre, c'est une construction innovante dans la région. Elle est observée à Lille voire au-delà. On répond même à la volonté du gouvernement pour qui l'emploi des jeunes est une priorité et le regroupement des structures aussi ! »

Mais en accordant un budget de 336 000 euros en 2011 (au lieu de 568 141 euros en 2010), l'État « nous piétine. On nous enterre vivant » assure Benjamin Saint-Huile. L'élu socialiste avait certes anticipé une baisse de la subvention d'État. « Je suis maire, je suis gestionnaire. Il faut du pragmatisme. Je ne suis pas en opposition systématique avec l'État. Un gouvernement de gauche devrait lui aussi faire des économies. Il n'y a plus de sous dans les caisses de l'État, je peux comprendre ça. Mais on nous dit que l'emploi des jeunes est une priorité ! Il n'y a pas de cohérence ! Nous, on a joué le jeu, faisant avec une baisse de 20 %. Mais là c'est 40 %, la plus forte baisse ! On a la plus forte diminution que prévoyait le préfet ! »

Celui qui est aussi président de Réussir en Sambre met en cause le sous-préfet d'Avesnes : « Il était là quand on a validé les actions. Il est désavoué. »

Le quotidien nordiste souligne que la diminution décidée se situe dans un contexte où le taux de chômage de l'arrondissement d'Avesnes-sur-Helpe atteint 17 %, « un record national. »

Réussir en Sambre a été constitué, sous forme de groupement d’intérêt public (GIP), après la dissolution de la mission locale et transformation de la maison de l’emploi. Un arrêté du préfet de région, en date du 17 août 2010, avait validé la constitution de la structure.

Pour Thierry Herbet, directeur de Réussir en Sambre, l’impact dépasse la seule réduction des moyens venant de l’État. La capacité de financement en moins serait de 59 %. Selon Benjamin Saint-Huile, il y aura « un effet cascade » et elle « menace les salariés de nos partenaires. »

L’élu socialiste s’interroge sur une discrimination politique : « Si un élu Ump veut présider la structure, du moment qu'il a les sous, moi je lui laisse la place. » Il assure que son agglomération « ne roule pas sur l'or » et que son apport financier, qui est passé de 640 000 à 756 000 euros (et de 160 000 à 251 000 euros pour la seule Maison de l'emploi), ne peut être augmenté.

Benjamin Saint-Huile donne d’ailleurs un conseil : « Si j'étais député, je planterais une tente devant l'Assemblée nationale pour obtenir cet argent. » La députée de la 23ème circonscription du Nord, qui recouvre l’agglomération de Maubeuge, est Christine Marin (Ump), qui fut maire de Jeumont de 1995 à 2008, avant d’être remplacée par Benjamin Saint-Huile à ce poste.

 

 20090930145852_Benjamin-Saint-Huile.JPG Benjamin Saint-Huile, maire de Jeumont


Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 00:01

Je m’interrogeais ici (6/01/2010) pour savoir s’il fallait écrire que la Maison de l'Emploi du pays des Moulins de Flandre « est sauvée », comme l’écrivait le Journal des Flandres (31/12/2010) ou « sauvée? », comme le demandait son président, André Figoureux.

Ce dernier, actuellement candidat au conseil général avec l’étiquette Ump, aura finalement le dernier mot ; ce sera « SAUVEE!!!!! »

Su son blog, le maire de West-Cappel (Nord) indique que « depuis 7 mois, nous nous sommes battus pour elle: notre Maison de l'Emploi est sauvée. Le service de proximité actuel peut enfin se poursuivre. Pour tous ceux qui cherchent un emploi, un stage ou un job d'été et pour nos collaboratrices, je ne regrette pas d'avoir été têtu. »

Pour autant, tout n’est pas rose. Le préfet de région, Jean-Michel Bérard, a communiqué le montant de l’enveloppe 2011 allouée à la maison de l’emploi. Il est en baisse de 18% par rapport au budget demandé.

André Figoureux assure que la diminution « aura un impact » sur le plan d’actions, mais il assure se « réjouir » qu'elle soit « limitée », alors que, comme il le souligne « d’autres territoires enregistrent des baisses pouvant atteindre les 40% ». Le plan d’actions révisé devrait être validé lors d’un conseil d’administration de la MDE prévu le 24 mars 2011.

Le Conseil régional de l’emploi du 15 février 2011 avait validé le projet de convention spécifique de partenariat avec l’État et Pôle Emploi, prenant en compte la spécificité rurale, ce qui veut dire que, au titre du « besoin de proximité » les antennes locales peuvent être maintenues.

Selon le Journal des Flandres (9/03/2011) la mission locale Bourbourg-Gravelines devrait venir « soulager » la Maison de l'emploi en s'occupant des 16-25 ans. Depuis quelques années, plus aucune mission locale ne fonctionnait à Bergues.

Il est peut-être intéressant de rappeler le dialogue entre Michel Galabru et Dany Boon dans Les Ch’tis (tournés à Bergues, siège de la MDE de Flandre).

« En été, ça va parce que tu as zéro, zéro un. Mais l'hiver ça descend ; ça descend, ça descend. Moins dix, moins vingt, moins trente. Tu restes couché, ils te foutent un moins quarante... Tu vois ?

« - Moins quarante ?

« - C'est le Noord. »

Peut-être, finalement, parlait-il des subventions aux organismes de l’emploi et pas de la température ?

59-Figoureux-A.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 00:05

Lors du débat d'orientations budgétaires organisé par le conseil municipal de Tourcoing, (Nord), le maire Michel-François Delannoy (Ps) a évoqué le devenir de la maison de l’emploi (La Voix du Nord, 23/02/2011) : « Prenons le fonctionnement de la Maison de l'emploi Vallée de la Lys-Tourcoing dont on nous a demandé la fusion. Nous venons d'apprendre que son budget de fonctionnement était réduit de moitié. Il passe abruptement de 1,2 million à 600 000 euros. Quelles dispositions prendre ? »

La majorité municipale présente le 24 février 2011 un vœu à ce sujet. La décision de l’État, qui a assuré les trois quarts du financement, « aura des impacts terribles » pour Michel-François Delannoy (Nord Eclair, 23/02/2011).

La baisse de la subvention de l'État avait été anticipée en 2010, notamment par des non remplacements de certains salariés ayant choisi de quitter la structure et le resserrement de liens avec la Mission locale. Mais la baisse de la subvention de l'État pourrait avoir des impacts sur les projets, comme le programme de mobilité internationale des jeunes (projet MOVE) qui concerne 150 jeunes cette année.

L'ensemble des salariés vient tout juste d'en être informé de la situation, selon Nord Eclair. La MDE a ouvert, le 23 février, la troisième édition de sa journée dédiée aux jobs d'été. L’an passé, les deux maisons de l’emploi et Tourcoing et de la vallée de la Lys avaient fusionné.

 Michel-François Delannoy, maire de Tourcoing

 

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 00:33

Le 25 octobre 2010, deux maisons de l'emploi du Nord, celles de Tourcoing et de la Vallée de la Lys (Halluin) ont fusionné. Elles ont constitué une nouvelle structure dénommée Maison de l'emploi Lys-Tourcoing, basée à Tourcoing et présidée par Jean-Luc Deroo, président du syndicat intercommunal Lys nord métropole et maire d’Halluin (Ps).

De manière originale, les élus de la plus grande ville ont laissé la place à ceux qui les rejoignaient. Dans sa nouvelle configuration, la MDE, qui regroupe les deux plans locaux pour l'insertion et l'emploi (PLIE) aura pour rayon d’action un territoire de douze communes et près de 190 000 habitants. Présent dans la métropole lilloise, la MDE est aussi située à la frontière belge, et elle a fortement mis l’accent sur la mobilité internationale et l'action transfrontalière.

Si la fusion semble rencontrer une forte adhésion auprès des élus, c’est aussi que le contexte n’est guère favorable. Selon le maire de Tourcoing, Michel-François Delannoy (Ps), le secteur de Tourcoing Vallée de la Lys est « l'un de ceux qui a le plus souffert depuis la crise de 2008, alors que les mutations précédentes liées à la désindustrialisation, n'étaient pas encore absorbées » (La Voix du Nord, 2/12/2010).

Mais l’inquiétude ne porte pas que sur le contexte général. La baisse des moyens affectés par l'État à l'occasion reconventionnement de la maison de l’emploi pour les quatre années à venir préoccupe aussi les élus. M.-F. Delannoy « espère ce contexte conjoncturel », mais sait qu’il obtiendra « moins que ce que [la MDE avait] précédemment. ».

La nouvelle maison de l’emploi reste dirigée par Patrice Duthoit, ancien directeur de celle de Tourcoing et pilier du PLIE territorial.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 00:21

Le Journal des Flandres (31/12/2010) était optimiste et précis : « LaMaison de l'Emploi du pays des Moulins de Flandre est sauvée ». Basée à Bergues, dans le Nord, la structure fait l’objet d’un combat homérique.

Son président, André Figoureux maire (divers droite) de West-Cappel (Nord), dans le rôle du défenseur, est plus dubitatif. Sur son blog, il s’interroge : « La Maison de l'Emploi: sauvée? »

L’évènement aura été la réunion, à Lille autour du sous-préfet de Dunkerque, Jérôme Gutton, avec le député Jean-Pierre Decool (Ump) et les responsables de la maison de l’emploi rurale de Bergues.

Selon le parlementaire, le bilan de la rencontre serait positif : le sort de la Maison de l'emploi serait en bonne voie et que le pire ne serait pas à envisager. Pourtant, les élus locaux avaient envisagé de fermer la structure, qui emploie sept personnes et est dirigée par Virginie Naert.

Ils refusaient que leur maison de l’emploi cesse d’accompagner les demandeurs d’emploi, ce pourquoi ils l’avaient créée, à la demande des pouvoirs publics avant que ceux-ci ne changent d’avis sur le rôle des MDE.

La prudence d’André Figoureux, qui ne comprend pas pourquoi on lui intime l’ordre d’arrêter de faire aujourd’hui ce qu’on lui avait demandé hier, ne tient pas au contenu de la convention, qu’il a rédigée, mais au fait qu’il attend qu’elle soit signée et par l’État et par Pôle emploi.

Le projet d'actions présenté au préfet maintient un accompagnement des demandeurs d'emploi par la MDE, financé directement par les communautés de communes. Il a été présenté au Conseil régional de l'emploi du Nord le 14 décembre 2010.

Les administrateurs de la structure on cependant déjà pris une décision : la maison de l’emploi poursuit toutefois son activité, au moins jusque fin mars, sur les crédits 2010.

 http://a21.idata.over-blog.com/3/74/59/78/Photo-blog-n-1/Portrait-sarah-05.10.10-015.jpgVirginie Naert, directrice de la MDE des Pays de Flandre

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 00:11

Il y a des élus locaux qui ne se rendent pas compte qu’à un problème simple, il faut nécessairement des non-réponses compliquées. D’ailleurs, si çà se trouve, André Figoureux maire (divers droite) de West-Cappel (Nord) n’est-il même pas ancien élève de l’ENA (École nationale d’administration).

En tout cas, le président la communauté de communes du canton de Bergues et de la maison de l’emploi des Pays de Flandre a des idées bien arrêtées. Il trouve qu’une maison de l’emploi n’est pas là pour mener des études (« La France croule sous les études ») ou pour mettre en place des actions sur des sujets « déjà pris en charge par de multiples intermédiaires. »

Pour lui, « la MDE devait assurer ce rôle de proximité et de relais du service public » qui lui sera interdit par l’application, en janvier 2011, du nouveau cahier des charges. L’élu nordiste donne donc son sentiment personnel : « j'en ai désormais assez de cette course d'obstacles continuelle. Depuis 4 ans, j'ai beaucoup donné de mon temps et de mon énergie. »

La Maison de l’Emploi présentera le 14 décembre 2010 un dossier aux services de l’État. Si leur proposition n’est pas retenue, André Figoureux l’indique sur son blog le 23 novembre 2010 : « je jetterai l'éponge avec les autres élus de la MDE, certainement avant la fin d'année. Dans ce cas, la Maison de l'Emploi serait amenée à devoir licencier ses 7 salariées : un comble ! »

Mais le maire de West-Cappel ne renoncera pas pour autant. Son intention est de poursuivre le travail engagé au sein de la maison de l’emploi grâce à « une nouvelle association indépendante au service des demandeurs d'emploi, des salariés et des entreprises du territoire. »

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 00:10

André Figoureux maire (divers droite) de West-Cappel et président la communauté de communes du canton de Bergues (Nord) s’inquiète du devenir de la maison de l’emploi des Pays de Flandre qu’il préside.

Dans un article sur son blog, daté du 10 septembre 2010, il assure qu’il emploiera toute son énergie « pour l'emploi, la création et la transmission d'entreprises, la sauvegarde des emplois des 7 collaborateurs de la MDE. »

Le 8 septembre, en parallèle du forum de l'alternance à Steenvoorde, l’élu a présidé une réunion consacrée à l’avenir de la MDE après le 31 décembre, qui marque la fin de son actuelle convention avec l’État. Les responsables territoriaux de Pôle emploi y participaient, de même que la directrice de la MDE Virginie Naert et Jean-Grébert, membre du bureau.

Le maire parle d’« échanges francs et constructifs ». En langage diplomatique, selon l’AFP (25/02/2008) « le terme échange francs indique en général que les interlocuteurs n'ont pas mâché leurs mots et qu'il demeure entre eux des divergences substantielles. »

André Figoureux considère que « des pistes d'actions intéressantes furent évoquées, reste maintenant à les écrire et à les faire valider par l'ensemble des partenaires de la maison de l'emploi. »

Il considère que « une MDE proche des demandeurs d'emploi reste un élément majeur et spécifique » pour le territoire des pays de Flandre.

Déjà, le 17 juin, il avait discuté de la « survie de la MDE » avec le sous-préfet de Dunkerque, les députés Jean-Pierre Decool (Ump) et Christian Bataille (Ps) ainsi que les sénatrices Beatrice Descamp, maire de Méteren (Ump) et Sylvie Desmarecaux, (non inscrite).

André Figoureux insistait sur les résultats en terme de sorties positives des demandeurs d'emploi et sur le besoin de proximité pour les habitants d’un territoire rural. Il a donc demandé « que la MDE puisse continuer à suivre les demandeurs d'emploi qui s'adressent à elle sans avoir de pénalités financières de la part de l'Etat ». Il refuse qu’on enlève à sa MDE sa « compétence principale qui a motivé sa création! » et considère cela comme « Absurde. »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 00:01

Quelque peu déstabilisée par le retrait d’une commune (Lys-lez-Lannoy), la Maison de l'emploi Val de Marque, considère que l’année 2009 aura été celle de « grands changements ».

Son président, Francis Vercamer, député-maire (Nouveau Centre) de Hem (Nord), précisait, lors de l’assemblée générale annuelle du 28 juin 2010, que « 2009 a été l'année de la mutualisation des moyens, avec la mission locale et le PLIE (Plan local pour l'insertion et l'emploi). »

Mais l’objectif est d'aboutir à la constitution d'une seule entité, qui aurait le statut de groupement d'intérêt public (GIP). La commune de Wasquehal a d’ailleurs délibéré, le 30 juin 2010 pour approuver la création dudit GIP et la fusion avec les associations portant la mission locale et le plan local pour l'insertion et l'emploi.

Avant la réalisation de ce regroupement, la MDE a engagé une démarche d'auto-évaluation. Les trois sites (Hem, Lys et Croix-Wasquehal) ont enregistré en 2009 9 419 passages de effectués par 1 244 personnes différentes. visiteurs). En 2009, le parrainage a été lancé : 32 parrains ont pu accompagner 42 filleuls.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Nord Pas de Calais
commenter cet article

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents