Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 00:04

 Patrick_Braouezec.JPG Patrick Braouezec, député de Seine Saint-Denis

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 00:12

Après le maire Pcf du Blanc-Mesnil en janvier 2010, Didier Mignot, qui inaugurait sa Maison de l’emploi et du développement économique une autre municipalité de Seine Saint-Denis a également ouvert sa maison de l’emploi en janvier 2011.

Laurent Rivoire, élu maire de Noisy-le-Sec à l’occasion d’une élection partielle en décembre 2010 (Nouveau centre) a donc créé son service municipal, qu’il n’a pas hésité à baptisé du terme maison de l’emploi.

La Maison de l'emploi de Noisy-le-Sec, comme celle du Blanc-Mesnil, ne dispose d’aucun label au titre du plan de cohésion sociale. Mais elle a toute les caractéristiques d’une « maison de l’emploi », façon Jean-Louis Borloo (l’ex-ministre du travail), tout en étant fort éloignée des objectifs du nouveau cahier des charges.

Elle regroupe des services municipaux ou intercommunaux orientés vers l'aide à la recherche d'emploi et à l'insertion : l’antenne de la Mission locale intercommunale, le PLIE (Plan local pour l'insertion et pour l'emploi) et les permanences emploi de la Ville de Noisy-le-Sec. En tout, dix personnes sont regroupées dans d’anciens locaux associatifs.

L’activité principale est l’accueil et l’accompagnement du public, au travers d’entretiens longs au siège ou dans plusieurs permanences dans les quartiers. Les demandeurs d’emploi et titulaires de minimas sociaux sont les premiers usagers potentiels, mais la structure assure accueillir aussi les salariés désireux de changer d’activité.

La nouvelle structure devrait également s’intéresser aux chantiers liés à la rénovation urbaine et à la réalisation de forums emploi.

Selon le bloggeur Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret qui cite Xavier Hébert, chargé de mission emploi formation à la mairie de Noisy (17/03/2011), la maison de l’emploi devrait suivre « 400 à 450 personnes à titre individuel. »

Ce qui est frappant, c’est de constater que des municipalités mettent sur pied des structures qu’elles baptisent « maison de l’emploi » pour faire de l’accompagnement, tandis qu’en parallèle l’État s’efforce de réduire les missions des organismes existants.

  Laurent Rivoire, maire de Noisy-le-Sec

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 00:10

Basée à Beaumont-sur-Oise (Val d’Oise), la Maison de l’emploi et de l’initiative économique du Haut Val d’Oise dispose, à côté de son observatoire, d’une Plate-forme de services aux entreprises qui a pour vocation d’accompagner les TPE et les PME, baptisée Reflexe R.H. Elle conserve également deux pôles d’accès à l’emploi et à la formation sur ses sites de Persan et Beaumont.

Présidée par Arnaud Bazin, maire de Persan et conseiller général (Ump), la structure a comme directeur Pascal Klingler. Elle vient de réaliser au second semestre 2010 une étude économique sur le secteur de  l'hôtellerie et de la restauration dans le nord du département francilien. Les travaux ont montré les besoins en matière de ressources humaines (recrutement, formation, gestion) et de structuration de réseaux professionnels (information, communication, échange de pratiques).

La restitution officielle de l’étude, qui se fera le 5 avril 2011 avec le concours de la Chambre de commerce et d’industrie de Versailles, sera l’occasion de lancer un groupement d’employeurs intitulé Réso-95 et affilié à Réso-France.

La structure, dont le siège est à Nantes, se veut le premier groupement d’employeurs du secteur CHR (hôtellerie et restauration), revendique 900 adhérents et 600 salariés. Elle est pour l’instant implantée dans l’ouest de la France et en Savoie, mais veut se développer.

Ø      Le site de la maison de l’emploi : www.mde-hvo.fr

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 23:59

Le site du groupe d’Argenteuil d’Agir ensemble contre le chômage (AC !) reproduit un article de l’Écho régional, hebdomadaire publié dans le Val d’Oise, non daté, mais sans doute de mi-janvier 2011.

Depuis le 1er janvier de l’année, la permanence qu’assurait Pôle emploi au sein de l’antenne de Bezons de la maison de l'emploi d'Argenteuil - Bezons (Val d’Oise) a cessé de fonctionner.

Le directeur territorial de Pôle emploi, Dominique de Gyse, précise son point de vue : « les MDE n’ont plus vocation à accueillir le public. Il y a des dérogations possibles dans les zones rurales ». Considérant que 99% des demandeurs d’emploi de Bezons fréquentaient l’agence Pôle emploi d’Argenteuil, il estime que le rôle de l’antenne était « plus symbolique que volumétrique. »  

Consuelo Fernandez, présidente de la MDE et adjointe au maire de Bezons (Pcf) critique la fermeture : « ce n’était pas le moment de supprimer ces permanences. C’est un recul pour nos populations les plus en difficulté. »

Pour autant, l’élue se réjouit, en présentant ses vœux pour 2011 sur le site internet de la MDE, que son organisation « inaugure son nouveau cahier des charges dans le but de mettre en synergie les besoins des entreprises et des usagers ». Elle entend que l’équipe de la maison de l'emploi « s’attache particulièrement à définir les emplois et les besoins en recrutement liés aux mutations économiques de notre territoire sur les 3 à 5 ans qui viennent. »

 

http://www.ville-bezons.fr/media/media3886850.jpg Consuelo Fernandez, adjointe au maire de Bezons

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 18:39

Pour dénoncer la « menace sur les maisons de l’emploi », une manifestation est organisée pour assurer la mobilisation des élus, du personnel mais aussi des usagers à l’espace maison de l’emploi de Pierrefitte-sur-Seine (Seine Saint Denis) le 2 décembre 2010.

Un blog a été lancé le 22 novembre, intitulé « les maisons de l’emploi en danger ! » et sous-titré « sauvons les maisons de l’emploi de Plaine commune », la communauté d’agglomération de Saint-Denis.

Il reprend les articles de presse et déclarations d’élus, mais a également ouvert une rubrique « les usagers de la maison de l’emploi ont la parole ». On peut en particulier voir cinq vidéos. 

Jacqueline demande : « Merci de ne pas nous priver de cette facilité pour nos recherches d’emploi !!! ». Brigitte (Stains) témoigne que « La cyberbase est très utile ». Quand à Abdel (Stains également) il s’adresse à l’État : « Si vous continuez à réduire le peu de moyens que l’on a pour trouver du travail, on n’avancera jamais !!! Le chômage existera toujours à cause de vous… »

Kheddouma s’inquiète : « où iront demain les milliers d’usagers qui bénéficient ces prestations de services ?! »

Quand à Anne, elle propose à propos de la manifestation annoncée « Ne serait-il pas judicieux de se mobiliser pendant les journées nationales des MDE, les 8 et 9 décembre prochains ? ». Ces journées sont organisées à Nancy par Alliance Villes Emploi.

Une pétition a été mise en ligne par deux organisations syndicales, la Cfdt et la Cgt, intitulée « non à la casse des maisons de l’emploi ». Elle assure que « La maison de l’emploi du territoire de Plaine commune est en danger de mort ! » parce que « l’État retire ses briques. »

http://maisondelemploi.files.wordpress.com/2010/11/pierrefite.jpg?w=196&h=270

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 00:33

Selon l'AFP les maires des huit villes qui la composent communauté d'agglomération de Plaine Commune, en Seine-Saint-Denis, ont exprimé le 15 novembre 2010 leur « inquiétude » quant à l'avenir de leur maison de l'emploi, une des toutes premières de France, dont le budget pourrait connaître « une réduction drastique. »

Dans un communiqué diffusé le 16 novembre, Patrick Braouzec, député (PCF) et président de Plaine Commune a indiqué que le budget de fonctionnement annuel alloué par l’État passerait de 1,3 million à 300 000 euros, soit une baisse de 75%.

L’élu de Saint-Denis souligne que la Maison de l’emploi, créée en 2007, « s’inscrit dans une démarche de complémentarité avec le Pôle emploi en accompagnant quotidiennement 24 000 demandeurs d’emploi et 15 000 bénéficiaires du RSA [revenu de solidarité active]. »

Les maires des huit villes estiment que le nouveau cahier des charges « interdirait désormais de remplir plusieurs fonctions qui sont aujourd’hui au cœur de ses missions » citant les cyberbases (qui accueillent 4 300 personnes), l’accompagnement des publics avant recrutement, la promotion de l’alternance, la validation des acquis de l’expérience (VAE) ou l’amorçage des projets de création d’entreprises.

Après avoir rencontré le préfet, les responsables politiques veulent, avec les syndicats, se voir recevoir par le nouveau ministre du travail, Xavier Bertrand.

Dirigée par Richard Gendron, également directeur de l’emploi et de l’insertion de Plaine Commune, la maison de l’emploi emploie actuellement 19 personnes qui craignent pour leur avenir, selon La Gazette des communes (16/11).

Selon la lettre Localtis (16/11), Philippe Laurant-Quintin, coordinateur représentant syndical Cgt a estimé qu’il s’agit d’un « affront fait aux populations au moment où les indicateurs sociaux sont dans le rouge, et cela depuis des années. »

Le maire de Pierrefitte, Michel Fourcade (Ps), qui vient d’installer l’antenne communale de la maison de l’emploi, s’interroge : « Inauguration le 2 décembre, fermeture le 3 ? »

Pour Jean-Pierre Leroy, conseiller municipal d'Epinay-sur-Seine la maison de l’emploi « est quelque chose de rentable ». Il estime avoir « suffisamment de recul pour dire que les publics qui y sont reçus n’auraient pas été reçus ailleurs. »

Assurant « On n’abdique pas, on va se battre », Patrick Braouezec semble prêt à entonner le cri de guerre des Capétiens, « Montjoie Saint-Denis ! » (que trépasse si je faiblis).

À l’Assemblée nationale, lors du débat budgétaire sur la mission travail et emploi (15/11), il a assuré que, si la réduction de des subventions de l’État était maintenue, les six antennes de la maison de l’emploi de la seraient amenées à fermer, dès le 1er janvier 2011.

Il remarque que « le directeur départemental du travail et de l’emploi, le directeur de Pôle emploi, le sous-préfet en charge de cette question ont souligné, au sein même du conseil d’administration, qui s’est réuni il y a un mois, que les maisons de l’emploi étaient particulièrement efficaces alors pourtant qu’il s’agit d’un territoire urbain. »

Patrick Braouezec estime à la chambre des députés que « s’agissant de l’accès à l’emploi, [les maisons de l’emploi] sont plus efficaces que Pôle emploi. Elles permettent le retour à l’emploi de personnes très éloignées du monde du travail, grâce à un accompagnement individuel très approfondi. » Il en conclut que « remettre en cause ce fonctionnement serait assassin. »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 00:02

En ces jours où le football est roi, les acteurs de l’emploi n’allaient pas résister à la tendance générale. Mais certains ont su trouver une voie particulièrement intéressante de mêler l’action pour l’emploi avec le ballon rond.

Les 14 et 15 juin 2010, le réseau des PLIE (plans locaux d’insertion par l’activité économique) de l’Essonne, en partenariat avec Pôle emploi et le conseil général du département, organisent une manifestation originale.

C’est le PLIE intercommunal de Corbeil-Essonnes Ensemble Vers l'Emploi qui est l’initiateur de Foot - Emploi 91.

L’opération comporte 2 phases distinctes : un tournoi et un forum. Le tournoi débute le 14 Juin 2010 au stade Robinson de Corbeil-Essonnes. 240 joueurs constitués en équipes mixtes rassemblant des demandeurs d'emploi et des salariés d'entreprise se rencontreront.

Le 15 juin, le forum rassemble une quarantaine d'entreprises au sein du Centre technique national de football de Clairefontaine, dans les Yvelines. Les participants peuvent visiter le Château de Clairefontaine, lieu de regroupement des équipes de France de football. La journée est clôturée par la finale du tournoi de football.

L’agence Pôle emploi de Longjumeau a coordonné l’envoi des invitations à 2 000 demandeurs d’emploi de l’Essonne. Des navettes gratuites sont prévues pour aller à Clairefontaine. 

Pour le PLIE, l'objectif du tournoi est « de permettre à des demandeurs d'emploi de rencontrer des entreprises qui recrutent, autour des valeurs fédératrices du sport, dans un cadre informel et différent des entretiens d'embauches classiques. »

http://www.scientipole.fr/typo3temp/pics/da333bbf8d.jpg

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 00:34

Pour Claude Morel, préfet délégué à l’égalité des chances en Seine Saint-Denis, la Maison de l’emploi, de l’insertion, de la formation et de l’entreprise (Meife, ex-M2E) d’Aulnay-sous-Bois (Seine Saint-Denis) était la maison de l’emploi « la plus chère de France » (Le Parisien, 3/06/2010). C’est pourquoi l’État avait décidé de ramener sa subvention de 1,6 millions en 2009 à 856 000 euros en 2010.

Mais pour le maire (Ps) Gérard Ségura, une telle décision fait figure de « triste symbole ». Il s’exprime de manière véhémente sur son blog (17/05/2010) : « la Meife, implantée au cœur des quartiers populaires du nord de la commune, opère une mue qui doit la conduire à agir plus efficacement sur le chômage, en particulier des jeunes, lequel atteint des pourcentages dramatiques dans ce secteur de la commune. Comment accepter que ces quartiers, en plein programme de rénovation urbaine, soient les premiers inscrits sur la liste des coupes sombres gouvernementales ? Pendant ce temps, l’Élysée tenait lundi 10 mai un sommet social sur ce sujet central qu’est l’emploi. Rarement les mots n’ont été en tel décalage avec les actes. »

Les pressions des élus ont fait que la baisse sera atténuée. Finalement, l’État versera en 2010 1,1 millions d’euros.

Après avoir engagé un plan social en janvier 2010 pour 17 personnes sur un effectif de 70 salariés, la maison de l’emploi d’Aulnay et Villepinte a réduit ses charges de fonctionnement de 50%. Mais la baisse de la subvention nationale devrait la conduite à diminuer ses actions, au moment où elle prend en charge d’accompagnement des bénéficiaires du Revenu de solidarité active (Rsa).

En 2011, l’arrêté du 21 décembre 2009 portant cahier des charges des maisons de l’emploi a fixé le plafond à un million d’euros, sauf « dans les situations où des maisons de l’emploi viendraient à se regrouper. »

 Gérard Ségura, maire d’Aulnay-sous-Bois

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 00:05

La Maison de l’emploi du Nord Ouest Seine et Marne (MEF), dont le siège est à Saint Thibault les Vignes (Seine et Marne) propose un programme simple : tout changer.

C’est dans le cadre de la plateforme ressources humaines, un dispositif cofinancé par la région Ile de France, que la MEF et la Place des Métiers organisent « une journée pour tout changer ! » à destination des salariés ayant un désir de mobilité professionnelle.

La Place des Métiers à Émerainville (77) est une future Cité des métiers (elle en a le label « en préfiguration ») portée par la chambre de commerce et d’industrie de Seine et Marne.

La manifestation s’adresse à des salariés qui ont envie d’évoluer, veulent changer de vie professionnelle ou créer leur activité. Comme il n’est pas sûr que tous les employeurs soient ravis de voir leurs employés prendre un tel chemin, il a été jugé plus prudent de tenir la manifestation un week-end.

Mais comme il est bon de tout prévoir, même quand on s’adresse à des personnes en emploi, un atelier a été prévu sur le thème « comment rebondir après un licenciement ». Un autre abordera le thème de l’auto-entrepreneur, qui peut se concevoir comme un activité complémentaire mais aussi comme une alternative.

La manifestation comprendra bien sûr les traditionnelles conférences sur la formation, les métiers, la création d’entreprises, etc.

Mais les animations ne sont pas oubliées. On annonce ainsi un brunch et un « Bar à smoothies », tout étant annoncé comme gratuit.

  • Place des Métiers, samedi 5 Juin de 10h à 16h à Émerainville (Boulevard Olof Palme). Voir le plan d’accès.
Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 00:07

En date du 7 mai 2010, l’équipe de la Maison de l’emploi de Paris s’adresse aux élus de la capitale et à ses partenaires. L’enjeu, c’est la préparation de l’assemblée générale extraordinaire du groupement d’intérêt public qui, le 17 mai 2010, pourrait décider de l’arrêt (ou de la continuation) de la structure.

Les 22 salariés se lancent dans un plaidoyer, qui est également une importante réflexion sur les politiques territoriales de l’emploi. C’est pourquoi je reprends ce texte ci-dessous.

« C’est une institution d’aide aux chômeurs, mais qui n’en reçoit pas un seul ».

Le Parisien du 12 avril dernier dans son édition « Paris » consacrait un article à la crise que traverse actuellement la Maison de l’emploi de Paris sous le titre : « La maison de l’emploi menacée de disparition ». C’est ainsi que l’on apprenait de la bouche d’un (mystérieux) conseiller du maire de Paris interviewé par Sébastien Ramnoux (journaliste au Parisien) que la MEP (l’institution d’aide aux chômeurs) et surtout ses 22 salariés devaient être en proie, et cela depuis longtemps, à une oisiveté – forcément délétère - puisqu’aucun chômeur n’avait jamais passé la porte de l’institution en question ni jamais bénéficié d’un entretien de conseil ou d’orientation.

Devant tant de clairvoyance au sujet d’une maison de l’emploi en activité depuis près de 4 ans et demi sur le territoire parisien et tant de bienveillance et de solidarité exprimées en direction d’une équipe tous les jours au service des demandeurs d’emplois et qui souffre aujourd’hui de la situation qui lui est faite, il nous est apparu indispensable, dans cette lettre, d’éclairer monsieur le conseiller et par là même, nos chers lecteurs. Nous savons bien qu’obscurantisme et pouvoir ont toujours fait bon ménage mais ont aussi toujours conduit à de grandes violences. Donc, les faits…

Depuis 2006, la Maison de l’Emploi de Paris a accueilli plus de 5 500 parisiennes et parisiens. Près de 1400 ont été suivis dans leur projet d’accès à l’emploi, au logement, à la VAE ou à la création d’entreprise. 573 personnes ont retrouvé un emploi, plus de 600 ont créé leur entreprise, 205 ont pu quitter leurs hébergements d’urgence, souvent insalubres et ont été relogées, plus de 100 ont accédé à un titre ou un diplôme via la VAE.

A travers les actions qu’elle développe, la MEP reçoit quotidiennement des demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, jeunes sans qualification ou seniors au chômage. Elle reçoit en entretiens individuels les publics orientés par les prescripteurs parisiens de l’emploi avant de les présenter à une entreprise pour un recrutement dans le cadre des clauses sociales ou de leurs besoins de recrutement en nombre. Elle reçoit les familles en attente d’un logement pour un bilan socioprofessionnel à l’entrée de la Plateforme des 3 GIP puis pour un suivi régulier de leur situation au regard de l’emploi et du logement. Elle reçoit (au sein de l’AFPA) les salariés précaires et les chercheurs d’emploi tout au long de leurs parcours de VAE jusqu’à l’obtention d’un titre professionnel ou d’un diplôme. Elle accueille (au sein de la CCIP) les porteurs de projets et les oriente dans les démarches à accomplir pour la création d’une entreprise, elle accompagne ceux qui ont un projet de services à la personne jusqu’à la création de leur activité.

Pour consulter le bilan quantitatif de nos plans d’action et points ressources depuis 2006 : http://www.maison-emploi-paris.fr/wp-content/uploads/2010/04/Bilan-quanti-2006-2010_avril20101.pdf

Pour consultez le bilan de la convention pluriannuelle d’objectifs 2005-2009 : http://www.maison-emploi-paris.fr/wp-content/uploads/2010/04/Bilan-CPO-2006-2009.pdf

Rappelons aussi que depuis janvier 2010, la MEP porte 8 référents de parcours emploi du PLIE 18ème-19ème. Ils accompagnent les demandeurs d’emploi tout au long de leur parcours de retour à l’emploi et interviennent au sein de structures municipales de proximité, telles que les Maisons des entreprises et de l’emploi, les Espaces insertion, les Services sociaux du département de Paris le Centre d’action sociale de la Ville de Paris.

Rappelons encore que la Maison de l’Emploi de Paris intervient en complémentarité des acteurs travaillant sur le territoire parisien, territoire riche en structures et en initiatives. C’est une structure d’ingénierie qui intervient en mode projet, qui développe des actions là où il n’existe pas de réponse adaptée à des problématiques spécifiques en matière d’accès à l’emploi ou de développement économique et qui construit les partenariats nécessaires dans une logique de mutualisation des moyens et des compétences.

Au delà des résultats quantitatifs cités plus haut, l’activité de la MEP se mesure aussi en terme de dynamiques créées par le montage de projets innovants entre des acteurs qui interviennent sur des champs communs mais qui souvent se connaissent peu et entre lesquels les logiques concurrentielles l’emportent parfois (souvent ?) sur les nécessaires logiques de coopération et de complémentarité, seules sources d’efficience. Pour exemple, citons l’expérimentation de la plateforme des 3 GIP, plateforme de coordination d’accès à l’emploi et au logement pérenne qui met en œuvre un partenariat de travail étroit entre le GIP Samusocial de Paris, le GIP Habitat et Interventions Sociales, Pôle Emploi, les gestionnaires de logements Solibail, l’Ordre de Malte, l’APTM ainsi que les liens de travail tissés avec des assistants de services sociaux du Département de Paris. Continuons d’éclairer monsieur le conseiller avec l’action de coaching de transmission d’entreprises en direction de cédants et de repreneurs d’entreprises des secteurs BTP et commerces de proximité pour laquelle les chambres consulaires (CCIP et CMAP), le département de Paris, Pôle Emploi/Créapass mais aussi la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, l’association des Cédants-Repreneurs d’Affaires, l’Union Régionale des SCOP se sont mobilisés.

La force de la Maison de l’Emploi de Paris c’est aussi les synergies créées entre chaque projet développé au sein de la MEP : accès à l’emploi via les clauses sociales pour les publics de la plateforme des 3 GIP ou du PLIE, accès facilité à une formation ou un emploi dans les services à la personne, à la VAE ou à la création d’entreprises pour tous les publics accueillis, en fonction de leurs projets professionnels.

Mais combien tout cela pèsera-t-il le 17 mai prochain ?

Et oui, l’assemblée générale extraordinaire du 17 mai approche. Elle décidera de la liquidation ou de la poursuite de la MEP. Nous restons déterminés à poursuivre notre activité en direction des demandeurs d’emplois, sans cesse plus nombreux, dont les situations sont sans cesse plus souffrantes et à ancrer davantage encore la MEP comme un outil partenarial au service du territoire parisien.

Démanteler la MEP, c’est tirer un trait sur tout le travail de réseau et de coordination qui s’est progressivement construit, avec l’ensemble de nos partenaires (plus de 200, nous vous le disions dans notre 1ère lettre ouverte) mais aussi en interne, entre les équipes projets.

A part cela nous avons continué de sillonner le territoire parisien, de sonner aux portes des décideurs, de convaincre (enfin, tenter…), d’argumenter, de défendre une cause juste.

Plusieurs rencontres bilatérales ont eu lieu ces dernières semaines :

·        M. Kupfer, préfet de Paris, M. Ricochon, directeur départemental du travail, Mme Maxwell, commissaire du gouvernement, avec l’ensemble de l’équipe MEP ;

·        M. Gueguen, conseiller du maire de Paris, M. Paris, chef de cabinet de M. Sautter, adjoint chargé de l'emploi, du développement économique et de l'attractivité internationale et Mme Gaillard de la Direction du développement économique et de l’emploi de la Ville de Paris avec les déléguées du personnel et la direction de la MEP ;

·        M. Sautter, adjoint chargé de l'emploi, du développement économique et de l'attractivité internationale et Mme Gaillard avec les déléguées du personnel.

Parallèlement, le président et la déléguée générale du réseau Alliance Ville Emploi ont rencontré M. Sautter et l’Union Départementale CFDT a été reçue par M. Paris puis par M. Kupfer et M. Ricochon au sujet de la Maison de l’Emploi de Paris.

Lors de ces rencontres, la Ville comme l’Etat ont déclaré qu’ils étaient prêts « à rouvrir le dossier de la Maison de l’emploi de Paris » si chacun acceptait de revenir sur ses positions. C’est pourquoi nous réclamons qu’une réunion rassemble l’ensemble des parties prenantes avant le 17 mai pour qu’elles s’accordent sur une solution technique et financière de poursuite de l’activité de la MEP.

Une telle solution existe. Elle a été préparée en interne à la MEP, en prenant en compte les échanges qui ont eu lieu et les orientations de la Ville et de l’Etat, dans le respect du cahier des charges national des maisons de l’emploi et dans un cadre financier… de crise… donc en réalisant de substantielles économies.

Mais derrière les annonces d’ouverture, chacun continue d’attendre que l’autre fasse le premier pas. L’avenir de la MEP est aujourd’hui suspendu à ce genre de jeu. Qui sont ces décideurs qui préfèrent laisser la situation se dégrader d’elle-même plutôt que de travailler à trouver des solutions communes ?

La tactique du pourrissement est trop bien connue pour que nous nous laissions faire. De grandes violences on vous disait…

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents