Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 00:07

Le 31 janvier 2011, la Maison de l'emploi du Haut Jura (MDE) et le Comité de bassin d’emploi (CBE) du même territoire ont fusionné. Basés à Saint Claude (Jura), les deux entités ont déjà une longue histoire commune.

En 2005, c’est le CBE (qui porte également la mission locale) qui avait monté le dossier de labellisation de la maison de l'emploi. Mais, le label obtenu, il avait fallu se séparer : à l’époque, les partenaires obligatoires des maisons de l’emploi n’appréciaient guère la structure des CBE.

Instances de dialogue social, les CBE incluent des syndicalistes, des chefs d’entreprises et des représentants associatifs. Les MDE voulaient quant à elle que les entités du service public de l’emploi et des collectivités locales occupent les premiers rangs de manière presqu’exclusive. C’est donc la communauté de commune du Val de Bienne qui avait repris provisoirement le projet, avant qu’il ne soit transféré au conseil général du Jura, bien que la structure n’ait jamais eu une vocation départementale.

Mais ce qui était redouté est depuis recherché. Marie-Christine Dalloz, députée (Ump) du Jura et présidente de la MDE avait souhaité, et fait inscrire dans le cahier des charges des Maisons de l'emploi diffusé en décembre 2009, le regroupement des MDE et des CBE.

La présidente du CBE du Haut Jura, Françoise Vespa, maire de Saint Laurent-en-Grandvaux (Ump-Radical), était d’accord, sous réserve de « maintenir au sein de la prochaine entité le dialogue social. »

Elle aura tout le loisir de le faire, puisqu’elle prend la tête du nouvel organisme, baptisé Centre d’initiatives territoriales pour l’économie du Haut Jura ou Cité.

Sous son appellation transformée, Cité gardera le conventionnement « Maison de l’emploi », et préserve la participation de l’État à son fonctionnement, soit 202 000 euros au titre de l’exercice 2011 et 55% de ses recettes selon le quotidien régional Le Progrès (1/02/2011). L’État, le département et des collectivités locales continuent d’y siéger aux côtés d’entreprises, de représentants des salariés ou d’organismes de formation et d’insertion.

La vocation du nouvel organisme est clairement orientée vers le développement. Françoise Vespa veut «  renforcer la dynamique économique territoriale haut jurassienne en faveur de l’emploi. »

On notera que le site internet du Comité de liaison des Comités de bassin d'emploi, en sommeil depuis 2008, n’est plus accessible en 2011. Le Réseau national des comités de bassin d’emploi, présidé par Sandrine Floureusses, présidente du comité de bassin d'emploi Nord Haute-Garonne et conseillère générale (Ps) de Toulouse a pris le relais et assurer représenter les 70 CBE en fonctionnement.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 00:22

Les salariés de la Maison de l’emploi du pays de Montbéliard viennent de perdre trois de leurs collègues, dont les CDD n’ont pas été renouvelés en novembre. Mais il craignent aussi la réduction de huit postes sur 25 l’an prochain.

La cause de leur inquiétude, c’est selon eux « la baisse de 47% de la dotation de l'Etat aux Maisons de l'emploi ». Le 16 novembre 2010, ils se sont invités avec pancarte (« Quel avenir pour l’emploi ») au colloque organisé par le collecteur de cotisations de formation, Agefos-Pme, qui organisait à Belfort des rencontres sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Selon le quotidien régional L’Est Républicain (22/11/2010), « ils se sont exprimés pendant quelques minutes sur la scène, et ont même été poliment applaudis par l'assistance. »

Le mouvement des salariés se retrouve sur la toile : ils ont créé un blog, Maison de l'emploi du Pays de Montbéliard en danger et une page Facebook Salariés Maison de l'Emploi du Pays de Montbéliard. Ils ont également mis en ligne une pétition.

Les salariés estiment que c’est non seulement le devenir de leur structure, mais bien l’avenir de l'ensemble des maisons de l'emploi qui est remis en cause par le budget 2011. Pour celle de Montbéliard, la baisse budgétaire devrait être de 30%.

La pétition se prononce « Contre la mort annoncée d’un service public territorial indispensable » et assure soutenir « les élus locaux du Pays de Montbéliard dans leur défense de la Maison de l’emploi. »

Dans une lettre ouverte, datée du 20 novembre explique que – si le budget est adopté en l’état – « c’est donc sans nul doute un plan social qui s’annonce pour notre structure ». Ils estiment que l’efficacité de leur action « n’est pas reconnue ». Pourtant, ils remarquent que la Cité des métiers de Montbéliard, intégrée à la maison de l’emploi et ouverte en octobre 2006, accueille plus de 20 000 personnes par an.

Les employés de la maison de l’emploi se demandent comme interpréter le « brutal revirement de l’État, en l’espace de quatre ans seulement, oscillant d’un fort soutien financier aux collectivités territoriales dans la lutte contre le chômage et l’exclusion, à un désengagement qui l’est tout autant ? »

Pourtant, ils remarquent que des projets d’optimisation des offres de services d’acteurs locaux étaient déjà proposés sur le territoire. La création d’un groupement d’intérêt public (GIP) regroupant la mission locale et la maison de l’emploi, bien avancée, a ainsi été apparemment remise en cause par l’État.

  La MDE du Pays de Montbéliard

 

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 00:08

Pour Frédéric Poncet, « la volonté d'entreprendre pour son propre compte a été la plus forte » selon le quotidien régional Le Progrès (26/05/2010).

Ancien directeur de la Maison de l'emploi du Haut Jura après avoir dirigé une antenne de la chambre de métiers, il a repris avec l’appui financier de la plateforme France initiative Jura Initiatives en novembre 2009 Concept services, une entreprise de nettoyage écologique.

La société avait cessé son activité après de lourdes difficultés. La nouvelle structure a embauché neuf personnes, dont les cinq employés de l'ancienne entreprise. Pour la gestion comptable et administrative, le gérant a fait appel à une responsable en temps partagé avec d’autres entreprises du bassin.

Sur le plan technologique, le recours à des techniques écologiques a été privilégié : nettoyage par eau pure, filtration de l’eau par osmose inverse sans recourir à aucun produit chimique, travail depuis le sol avec un système de perches supprimant échelles, nacelles et échafaudages.

Selon le magazine du conseil régional de Franche Comté (n° 21, septembre 2010), « les résultats sont bluffants ». Frédéric Poncet s’explique : « En branchant simplement l’appareil de filtration sur un robinet, l’eau pure obtenue permet de nettoyer toutes les surfaces: façades peintes, bardages en tôle, ciment, vitres, vérandas, panneaux photovoltaïques… Le tout à basse pression et en utilisant quatre fois moins d’eau et de temps qu’avec un Karcher. »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 00:02

Selon le quotidien régional Le Pays (16/04/2010), une des services publics de l’emploi de l’Aire urbaine de Belfort et Montbéliard (Franche Comté) s’est déroulée le 15 avril 2010. Les Maisons de l’emploi de Belfort et de Montbéliard y étaient associées comme la la Mission locale d’Héricourt, l’Afpa et sa filiale Transitio ou le Conseil régional de Franche-Comté.

Une plateforme de transition professionnelle avait été mise en place pour accompagner les intérimaires de l’automobile en fin de contrat. En 2009, près de 250 personnes, issues de la filière automobile, ont pu bénéficier de formations professionnelles qualifiantes faute de trouver un nouveau contrat.

En 2010, elle est désormais ouverte à tous les précaires (intérimaires ou contrats à durée déterminée, CDD) de tous secteurs d’activités. Un doublement du public est attendu en 2010.

La plateforme gère également le contrat de transition professionnelle (CTP) à l’échelle de la région. Elle a traité 1 139 personnes victimes de restructuration industrielles. Le préfet du Territoire de Belfort, Jean-Benoît Albertini, peut donc se vanter d’avoir « la première plateforme de France » avec une quarantaine d’agents de Pôle emploi qui y sont affectés, au lieu des neuf prévus initialement. 70 % des bénéficiaires du CTP obtiendraient soit un CDD de plus de six mois, soit un contrat à durée indéterminée (CDI).

On remarquera l’usage que l’on fait, depuis quelques années, du terme précaire. Il est en train de qualifier une catégorie de travailleurs, et non plus de spécifier un état instable comme autrefois.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 00:03

Dans le quotidien régional Le Progrès (30/11/2009), le conseiller général du Jura, François Godin (Ump-Radical) s’exprime en tant que rapporteur général du budget du département, souhaitant que l’assemblée « entame une réflexion sur la pertinence et l’efficacité de [la maison de l’emploi du Haut Jura]. »

L’élu de Morez « se pose des questions sur l’utilisation des fonds publics » par la structure, présidée par la députée du Jura Marie-Christine Dalloz (Ump). Cette dernière répond dans le même journal que la maison de l’emploi, structure d’ingénierie, « ne souhaite pas faire du nombre mais de la qualité. »

Le blog Quoi de neuf au pays des lacs ?, qui couvre l’actualité de locale, parle du « fiasco », selon lui « prévisible et annoncé depuis longtemps » de Maison de l'Emploi du Haut-Jura.

Le site des Jeunes radicaux jurassiens cite une lettre de François Godin à Jean Raquin, président du conseil général du Jura (Ump également). Il demande « une évaluation » de la maison de l’emploi du Haut-Jura, remarquant que Chantal Brunel, députée de Seine et Marne (Ump toujours) invite dans un amendement au projet de loi de finances 2010, à « élaborer un bilan de ces structures qui rajoutent une strate dans un système déjà complexe. » Rappelons que le président du parti radical valoisien, auquel appartient François Godin, est Jan-Louis Borloo, qui a mis en route le plan de cohésion sociale et les maisons de l'emploi en 2005.

Sur son site internet, la maison de l’emploi répond à la question « à quoi sert-elle? » : « C'est  une structure légère qui met en réseau et coordonne les acteurs publics et privés de l'emploi, de la formation, de l'insertion et de l'économie. Elle est donc, dans le domaine de l'emploi et de la cohésion sociale, un outil d'adaptation du territoire aux nouvelles mutations. »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 00:08

En Franche Comté, la Direction régionale du travail, de l’emploi et de la formation permanente (Drtefp) diffuse une liste des organismes labellisés ainsi que, datée du 2 mars 2009, une liste des conventionnés ou « en cours de conventionnement » pour la Franche Comté au titre du Nouvel accompagnement à la création et reprise d’entreprise (Nacre).

La liste ne distingue pas de territoire particulier d’intervention ni de répartition entre les trois phases métiers du dispositif. Rappelons que la Franche Comté compte quatre départements : Doubs, Jura, Haute Saône et Territoire de Belfort.

Les organismes conventionnés sont au nombre de 17 :

        Les Chambres départementales de commerce et d’industrie ;

        Les Chambres départementales de métiers et de l’artisanat ;

        L’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie, microcrédit) ;

        RIVE Boutique de Gestion (réseau des Boutiques de Gestion) ;

        Réseau Entreprendre Franche-Comté (prêts d’honneur) ;

        Franche-Comté Active (fonds territorial de France active, garanties bancaires)

        Trois plateformes France initiative (prêts d’honneur) :

o        Cré-Entreprendre Initiative (Doubs),

o        Entreprendre et Réussir (Jura),

o        Haute-Saône Initiative ;

        URSCOP Bourgogne Franche Comté (coopératives) ;

        Action 70, l’agence de développement économique de la Haute Saône.

La coopérative d’activité et d’emplois- Coopilote figure sur la liste des structures labellisées, mais pas sur celle des conventionnées.

        Voir la liste des opérateurs Nacre en Franche Comté ;

        Voir les listes des opérateurs dans les autres régions ;

        Le site officiel du nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 00:04

Centre historique de l’industrie des transports, Belfort manie la métaphore ferroviaire. Ainsi la directrice de la Maison de l’emploi et de la formation du Territoire de Belfort (MDEF) Rachel Vossot, estime que son travail, c’est de faire le lien entre les différents acteurs de l’emploi « En fait nous sommes un peu une gare d’aiguillage » (Le Pays, 10/10/2008).

Mais la première difficulté, c’est que dans une gare, il y a plusieurs voies. Et qu’il faut commencer par ne pas confondre la MDEF avec la Maison de l’information sur la formation et l’emploi (Mife).

La MDEF a commencé à fonctionner durant l’été 2006. Mais ce n’est pas facile : Il faut parler la langue des collectivités, celle des chambres consulaires ou encore celle de l’État. « En fait il faut être polyglotte et chef d’orchestre. »

Mais la fusion de l’Anpe et du réseau des Assédic en janvier 2009 va changer la donne. Selon le quotidien régional, « cette fusion, en cours, écorne grandement l’esprit qui présidait aux maisons de l’emploi, dispositif très intégré. Il a, surtout, créé une certaine confusion puisqu’après une période où tout est resté en suspens, il a fallu redéfinir le projet. »

Pour Rachel Vossot, « Il faut placer l’usager au centre, au lieu de se préoccuper chacun de sa chapelle. »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 00:00

Labellisée en avril 2006, la Maison de l'emploi, de la formation et de l'entreprise du Grand Besançon (Doubs) s'appuie sur une association et une convention d'objectifs qui doivent toutes deux être mises sur pied d'ici fin 2007.

Pour l’agglomération de la préfecture de Franche-Comté , c’est le Plan local pour l'insertion et l'emploi (PLIE), qui assure la mutualisation de moyens du service public de l’emploi et des collectivités « avec une volonté politique forte d'y associer le monde économique », selon la ville de Besançon.

D’ici la fin 2007, des initiatives concrètes seront lancées : des actions emplois sur les quartiers de Besançon, la mise en place d'une culture commune entre les différents acteurs, la gestion prévisionnelle des emplois, l'analyse des besoins des entreprises. Un regroupement dans un même lieu devrait prendre corps ensuite.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 00:00

Le Haut Doubs, en Franche Comté, est un territoire marqué par l’histoire horlogère et les produits de l’élevage, et aujourd’hui largement orienté vers une économie transfrontalière, beaucoup de salariés travaillant en Suisse, tandis que les citoyens helvétiques sont des bons clients des commerces français.

Deux pays rassemblent les collectivités, celui du Pays horloger, autour de Morteau (25), et celui du Haut-Doubs, autour de la sous-préfecture du Doubs, Pontarlier. En juin 2005, les deux entités avaient décidé de présenter ensemble leur candidature pour créer une maison de l’emploi du Haut-Doubs.

Le comité syndical du Syndicat mixte du pays horloger a débattu du projet le 5 octobre 2006. Il avait souhaité rajouter un volet « insertion » dans le programme d’actions. Pour les élus, le « principal levier d’action sera d’accentuer la mise en synergie des partenaires, dont le partenariat a déjà commencé à s’amorcer (collaboration Anpe-Assédic  dans le cadre d’un guichet unique à Morteau) ».

Un risque de doublon était pointé, sur l’aspect frontalier alors que les outils d’observation ont déjà été mis en place à l’échelle de la Conférence TransJurassienne (CTJ) et de la région….

Réagissant à une demande que la maison de l’emploi réponde davantage d’une logique de réponse aux demandes des entreprises plutôt que d’une logique de prise en charge des demandeurs d’emploi, le sous-préfet en faisait son objectif prioritaire.

Après avoir souhaité que le programme d’actions n’oublie pas la question du transport, notamment des jeunes, l’assemblée avait « encouragé la poursuite de la démarche d’élaboration du projet de maison de l ’emploi du Haut-Doubs. »

Mais le 7 décembre 2006, le même comité syndical entendait la communication de sa présidente, Annie Genevard, maire de Morteau et conseillère régionale Ump : « l’Assédic et l’Anpe demandent que le programme d’actions de la maison de l ’emploi s’oriente particulièrement vers le développement des services à la personne et de proximité et les problématiques frontalières. L’État demande un effort supplémentaire aux collectivités en terme de moyens d’animation (le projet prévoit un animateur de la maison de l ’emploi pour les deux territoires). »

Elle en tirait sa conclusion : « au vu de ces positions, les présidents de pays ont considéré qu’ils ne pouvaient pas engager les deux structures pays dans des moyens de fonctionnement importants et [décidé] de réexaminer le dossier ultérieurement. »

 Annie Genevard, maire de Morteau

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article
3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 00:00

Labellisée le 12 juillet 2005, la maison de l'emploi du Haut-Jura, a Saint Claude (Jura) avait conçue dans le cadre d’un contrat de revitalisation adopté en 2005. Une association a vu le jour en décembre 2005 mais la maison de l'emploi est devenue opérationnelle que début 2007.

Elle fait face à une grave crise dans la vallée industrielle de la sous-préfecture du Jura, avec les difficultés que rencontrent Smoby Berchet (jouets, récemment reprise par l’américain MGA) et Manzoni Bouchot, un sous-traitant automobile implanté à Lavans-lès-Saint-Claude.

Le 27 avril, les salariés du numéro deux européen du jouet manifestaient devant le Palais de justice de Lons pour dire leur inquiétude, alors que les créancier ont fait procéder à la saisie d’une partie des stocks.

Le préfet souhaite que l’on puisse accompagner les futurs licenciés de ces deux entreprises et compte pour cela s’appuyer sur la maison de l'emploi. Mais, selon le quotidien Le Progrès (25/04/2007), « la maison de l'emploi, à peine mise en place, est déjà critiquée pour son manque de réactivité. »

 

 

La présidente de la maison de l'emploi , Marie-Christine Dalloz, maire (Ump) de Martigna et conseillère générale de Moirans-en-Montagne, s’exprimait dans le même journal : « Pour Manzoni, il val falloir très vite travailler sur les intérimaires pour leur proposer des solutions en fonction des âges, des profils et utiliser la formation professionnelle. Pour Somby, à part la GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et compétences), on ne peut rien mettre en œuvre. »

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Franche Comté
commenter cet article

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents