Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 00:06

 

Il fut un temps où la formation professionnelle avait un but directement utilitaire. Les services d’aide à l’emploi y recouraient quand c’était nécessaire, c’est-à-dire principalement quand un employeur requérait des compétences particulières introuvables.

Depuis la crise de 2008, on redécouvre l’intérêt de former les chômeurs, mais aussi les salariés, voire les indépendants. Des évolutions importantes du droit de la formation ont eu lieu. Les partenaires sociaux, signataires de l’accord national interprofessionnel sur le droit à la formation de décembre 2009, ont lancé un site, Les liens vers l’emploi, qui se veut un site portail d’information et d’orientation, dans lequel l’accès à la formation a une place importante. Le gouvernement développe un service public de l’orientation et le service public de l’emploi, qui était autrefois plus en retrait, devient un important acheteur de formation.

Il y a également nombre d’initiatives locales pour diffuser l’information et faciliter l’orientation vers la formation.

La Maison de l’emploi du Plateau de Caux Maritime (Doudeville, Seine Maritime) organisait, le 29 septembre son premier « café de la formation professionnelle ». Selon le quotidien régional Paris Normandie (17/09/2010), « en matière d'emploi, le café est à la mode. »

Les 16 et 17 septembre, c’est la Maison de l’emploi du Nord Est Seine et Marne qui diffusait sur Vallée fm, radio locale associative à Lognes, sa troisième émission « La radio de l’emploi », une séquence consacrée aux métiers de l’informatique et au droit à la formation professionnelle. La plateforme ressources humaines de la MDE, un service destiné aux petites entreprises, y participait.

La Maison de l'Emploi de Valenciennes a ouvert en avril 2010 un « Espace Info formation », inauguré officiellement le 30 août par Valérie Létard, secrétaire d'État aux technologies vertes (Nouveau centre), adjointe au maire de Valenciennes (Nord) et présidente de la communauté d’agglomération. Le service s'articule autour de deux pôles, selon son animatrice Rozenn Dault (La Voix du Nord, 2/09/2010) : accompagnement individualisé du public et actions en faveur de l'emploi en direction des entreprises.

Une décentralisation de l’espace est en projet à Saint-Amand-les-Eaux.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 00:07

L’Association pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) s’est vue délestée de son rôle dans le cadre du service public de l’emploi, mise en concurrence avec les autres organismes de formation. Le 1er avril 2010, elle sera délestée de plus de 900 agents, qui vont rejoindre les équipes d’orientation que constitue Pôle emploi.

Dans ce contexte, la campagne nationale de sensibilisation des jeunes à la formation professionnelle est particulièrement originale.

La formation est présentée comme un remède anticrise. La campagne, dont le coach sportif Philippe Lucas est l’ambassadeur est baptisée « La méthode Anti-Galère ».

Soutenue par une vingtaine de partenaires dont Skyrock, la première vague avait été lancée en novembre 2009. La deuxième vague est présentée comme une « offensive destinée à doter les jeunes d’armes redoutables pour lutter contre le chômage. »

Partant du constat qu’il est difficile pour un jeune de trouver du travail, surtout en temps de crise, l’Afpa estime que les compétences métiers ne suffisent plus. L’institution nationale pense que les jeunes doivent impérativement développer des compétences transversales (savoir s'exprimer, s'avoir s'organiser, savoir travailler en équipe, respecter sa hiérarchie) pour s'intégrer dans l'entreprise.

L’AFPA lance un programme de formations spécifiques qui répond aux objectifs suivants :

  • Se mettre à niveau pour s’insérer et réussir dans un emploi
  • Comprendre les codes et les règles de l’entreprise pour s’y insérer durablement
  • Travailler avec les autres en situation professionnelle
  • Améliorer son efficacité professionnelle, connaître les règles pour évoluer

Les formations, d’une durée moyenne de 10 semaines, sont basées sur le d’« hybrid learning » avec une alternance de périodes en centre de formation et temps de travail à distance.

Cette nouvelle offre de formations sera proposée à la rentrée 2010. En attendant, pour sensibiliser la génération Y à ces problématiques, l’AFPA a bousculé ses codes de communication classique pour parler aux jeunes en s’appuyant sur des dispositifs adaptés à ses usages :

L’AFPA s’est dotée d’un site dédié « La méthode Anti-Galère »où elle met en ligne des vidéos illustrant les déboires d’un jeune s’insérant avec difficulté en entreprise (Episode 1 – Ken et les pizzas ; Episode 2 – L’entretien de Ken ; Episode 3 – Ken en réunion ).

Puisqu’il faut être également présent sur les réseaux sociaux, une page Facebook - AFPA Jeunes

http://users-experiential.net/wp-content/uploads/2009/11/methode-anti-galere-afpa-users-experiential.jpg
Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 00:02

La région Île de France propose aux acteurs de l’emploi de suivre gratuitement un cycle de formations et d’échanges de pratiques sur la « relation entreprises ». Le programme s’inscrit dans le cadre du plan régional Emploi et territoire, lancé à l’automne 2007, où le conseil régional avait affirmé son rôle dans l’acquisition de compétences pour les responsables de structures régionales s’occupant de développement local et d’emploi.

Il a démarré fin 2008 avec plusieurs modules, notamment sur la prospection d’entreprises et l’animation de réseau, en direction de salariés de plans locaux d’insertion par l’activité économique (Plie) et de maisons de l’emploi franciliennes.

En 2009, une soixantaine de professionnels de l’emploi ont pu en bénéficier. L’expérience considérée comme un succès par le conseil régional, est reconduite en 2010. Outre les Plie et les maisons de l’emploi, l’offre de la région s’adresse aux professionnels des structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) ou des associations encourageant le retour à l’activité professionnelle.

L’objectif affiché est que ces personnes, qualifiées d’« experts de l’emploi » disposent de la connaissance des pratiques de recrutement et des métiers proposés sur le territoire. Ils doivent devenir capables de convaincre les entreprises de recruter les publics qu’ils servent.

Le cycle de formation est modulaire, avec cinq thèmes : connaissance de l’environnement économique ; prospection d’entreprises et l’approche commerciale, méthodes et outils innovants ; détection des besoins en recrutement, analyse des postes à pourvoir ; appréhension des techniques de recrutement des entreprises du territoire ; animation d’un réseau d’entreprises.

Chaque session est organisée sur trois jours non-consécutifs et regroupe une douzaine de personnes en moyenne ; dix seront organisées en 2010.

Le marché pour ces formations a été conclu par le conseil régional d’Île de France avec Sodie Emploi, l’ancienne société de reconversion des Charbonnages de France, devenu un cabinet de conseil en ressources humaines, employant plus de 200 salariés en France et en Belgique. Sodie Emploi est liée au groupe Alpha.

Au total, 120 à 150 formations pourront être organisées, d’une valeur moyenne de 400 euros.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 00:04

Après consultation, l’AFPA a été retenue comme opérateur national pour la formation des nouveaux animateurs des espaces publics multimédia nommés Cyber-base et crées par la Caisse des Dépôts. Le dispositif de formation est piloté par le campus AFPA de Brive-la-Gaillarde mais il fera appel au réseau national des formateurs AFPA.

La Caisse des Dépôts est le partenaire historique des collectivités pour l’aménagement de leur territoire, en leur proposant notamment des solutions d’accès aux technologies de l’information pour réduire la fracture numérique en France. Dès la fin des années 1990, elle crée un concept d’espace public multimédia nommé Cyber-base.

Ces espaces numériques, ouverts à tous et offrant un accès haut débit, reposent sur un concept à la fois original et adaptable aux spécificités de chaque collectivité, de chaque territoire, rural ou urbain.

Les Cyber-bases permettent à tous les publics de s’initier à l’usage de l’internet et d’en développer la pratique, dans le cadre d’une politique publique visant à associer le plus grand nombre de citoyens, qu’ils soient particuliers ou professionnels. Une partie d'entre elles sont spécialisées, les cyber bases emploi, souvent liées à des maisons de l'emploi, des PLIE ou des missions locales.

Par la médiation individuelle et au travers de programmes d’ateliers collectifs, les animateurs des espaces Cyber-base accueillent et initient les différents publics. 

Les Cyber-bases permettent à tous les publics de s’initier à l’usage de l’internet et d’en développer la pratique, dans le cadre d’une politique publique visant à associer le plus grand nombre de citoyens, qu’ils soient particuliers ou professionnels. Par la médiation individuelle et au travers de programmes d’ateliers collectifs, les animateurs des espaces Cyber-base accueillent et initient les différents publics.

La Caisse des Dépôts accompagne et soutient financièrement la mise en place des Cyber-bases mais elle impose certaines conditions de mise en place, dont la formation obligatoire des animateurs.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 00:08

Le réseau des Maisons de l'information sur la formation et l'emploi (Mife), regroupé au sein de la structure InterMife France, a été un pionnier de la mise en place de dispositifs d’information, d’aide à l’emploi et d’orientation. Plusieurs des Mife sont devenues des maisons de l’emploi ou y ont été intégrées.

Gaston Paravy, président de l'InterMife France et spécialiste reconnu de la pédagogie de l’orientation avait donc un avis à donner sur le projet de loi relatif à l'orientation et à la formation tout au long de la vie, actuellement en cours de discussion au parlement. Il a été auditionné par la commission spéciale du Sénat qui examine le projet de loi qui doit être soumis à la discussion du 21 au 23 septembre 2009.

Pour Gaston Paravy, « il faudrait que cette loi engendre un autre regard sur les personnes les plus défavorisées » (Quotidien de la formation, 7/09/2009), mais surtout, il faut une autre organisation du dispositif français.

Le président d’Intermife a donc soumis aux sénateurs un projet d’amendement à l’article 3 du projet de loi. Tel qu’il est rédigé, il prévoit que « l’accès au droit à l’orientation pour tous est également conditionné par des structures labellisées mettant en œuvre des stratégies non strictement évaluatives mais éducatives, mobilisant la personne par la valorisation de l’expérience personnelle et professionnelle, telles que la guidance professionnelle personnalisée ».

Gaston Paravy veut, quant à lui, que « les conseils régionaux coordonneront les structures labellisées et favoriseront ainsi une culture commune de l’information et de l’orientation professionnelle tout au long de la vie par la professionnalisation des acteurs ».

Il s’appuie sur l’expérience de la région Rhône-Alpes, qui a mis en synergie l’ensemble des acteurs autour du Pôle Rhône-Alpes de l’orientation (PRAO) et considère que « l’échelon régional comme le plus pertinent pour une gouvernance de la politique d’information et d’orientation professionnelle. »

Créé en 2004, le PRAO est un groupement d'intérêt public, regroupant les missions de l'Observatoire régional emploi formation (Oref), du Centre d'animation et de ressources de l'information sur la formation (Carif) et de la cellule ressource régionale sur la validation des acquis de l'expérience.

La mission commune d'information sur la politique en faveur des jeunes du Sénat avait émis l'idée d'un service public régional de l'orientation, sans préciser qui de l’administration préfectorale ou du conseil régional devrait l’assumer. Gaston Paravy (Localtis, 11/09/2009) veut quant à lui un service public régional de l'orientation.

  • Voir le site d’InterMife : www.intermife.fr

     Gaston Paravy, président d'InterMife
Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 00:06

L’association Entreprises, territoires et développement (ETD) a engagé un cycle de formation et d’échanges sur la gestion territoriale des emplois et compétences.

La quatrième rencontre, le 18 juin 2009, a réuni une quinzaine d’acteurs des politiques de l’emploi et des compétences pour réfléchir à l’approche territoriale en matière de formation professionnelle.

Selon ETD, « l’outil de formation est essentiel dans toute stratégie territoriale sur l’emploi et les compétences. Cependant, les acteurs du développement local n’ont pas naturellement leur place dans l’organisation et le financement de la formation professionnelle. »

Les participants à la rencontre (maisons de l’emploi, comité de bassin d’emploi, pays, organisation paritaire locale) ont présenté diverses initiatives. Les débats ont ensuite cherché à faire ressortir l’intérêt de l’approche territoriale pour le développement et l’adaptation des compétences.

On notait la présence de l’Agence Nouvelle des Solidarités Actives, de Dialogue Sénart Val de Seine (Seine et Marne), du COORACE, du Syndicat mixte du Pays Mellois du CBE du Seignanx et des maisons de l’emploi d’Orléans, de la Mayenne, de Mulhouse, de la Camargue héraultaise et de Rennes.

L’ensemble du cycle sur la gestion territoriale des emplois et des compétences, qui a été animé par Hervé Dagand, fera l'objet d'une publication à l’automne 2009.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 00:07

Une Commission nationale de labellisation des écoles de la deuxième chance a été installée le 17 juin 2009. Elle est présidée par Jean-Marie Marx, directeur d’Agefaforia, organisme de formation professionnelle des industries alimentaires (et ancien directeur général adjoint de l’Anpe).

Elle regroupe le Secrétariat général du Comité interministériel des Villes, la Délégation générale de l'enseignement scolaire, la Direction générale de l'emploi et de la formation professionnelle; le Haut commissariat à la Jeunesse ainsi que des associations d'élus locaux et des acteurs de l'insertion professionnelle des jeunes.

La Commission doit permettre de garantir « la qualité des projets candidats à l'obtention du label École de la 2ème chance (E2C) ».

Elle émet un avis sur chaque dossier, qu'elle transmet au Réseau des écoles de la deuxième chance en France à qui appartient la décision finale.

Jusqu’ici les six E2C fondatrices ont été labellisées de fait lors de la création du réseau. Sept autres écoles ont été labellisées par cooptation du conseil d’administration du Réseau en 2008. Les nouvelles écoles comme Sud 77 à Montereau (Seine et Marne) ou celle de Guadeloupe, ou celles en projet comme Vaulx-en-Velin (Rhône) seront soumises à la procédure de labellisation.

Ce sera aussi le cas, progressivement, pour toutes les écoles historiques au moment du renouvellement du label, sa durée de validité étant de quatre années.

Plusieurs E2C ont un lien étroit avec des dispositifs territoriaux d’appui à l’emploi. Ainsi, celle de Meurthe et Moselle est installée dans les locaux de la maison de l'emploi de Nancy. L'E2C sud 77 travaille en collaboration avec la Maison de l'emploi du Sud Seine-et-Marne.

  Jean-Marie Marx

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 00:04

L’APCM (Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat) et le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) ont tiré, le 19 juin 2009, le bilan de leur première convention de partenariat, lancée en 2006.

Jean-Claude Bouly, professeur au Cnam, chaire de Prospective stratégique, directeur du Centre national de l’entrepreneuriat (CNE Cnam) a présenté les résultats des premières formations au certificat Entrepreneur – métiers de l’artisanat, qui ont démarré à l’automne 2007 à Saint Maur des Fossés avec la la Chambre de métiers et de l’artisanat du Val de Marne. Il s’agit d’un parcours en alternance associant l'apprentissage d’un métier et une formation au management, aboutissant à un titre de niveau III (premier cycle de l’enseignement supérieur).

Depuis l’automne 2008, formation est également proposée dans le Nord Pas-de-Calais et la Lorraine. Fin 2009, elle sera diffusée en Aquitaine, Bretagne, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées ainsi que dans d’autres départements d’Île de France (Seine et Marne, Yvelines).

Alain Griset, président de l’APCM et Christian Forestier, administrateur général du Cnam ont signé le même jour une nouvelle convention, prévoyant l’extension de la collaboration, avec notamment le démarrage, en septembre 2009, sur le site du Cnam à Saint Denis (Seine Saint Denis) d’une licence professionnelle Direction des entreprises artisanales et des petites entreprises, préparant à la fonction de « responsable opérationnel et stratégique d’entreprise artisanale. »

Laurent Wauquiez, secrétaire d’État chargé de l’emploi, présent à la cérémonie, a salué cette coopération se montrant fort intéressé par la présentation du film « Anaïs ou le bonheur d’entreprendre dans l’artisanat… » (2009), qui se veut la « chronique d’un partenariat réussi. »

Anaïs Lassus a suivi, en tant qu’apprentie, le cursus du certificat Entrepreneur – métiers de l’artisanat dans le Val de Marne. Elle a travaillé en alternance chez un plombier-chauffagiste, Michel Balboni, et passé son CAP plomberie tout en apprenant le métier de dirigeant. Elle témoigne sur son parcours : « je me forme en même temps au domaine technique mais aussi j'anticipe et j'apprends à devenir un chef d'entreprise compétent. »

Le partenariat entre le Cnam et l’APCM prévoit la création de 22 universités régionales des métiers et de l'artisanat.

 Anaïs Lassus

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 00:05

Advancia, école de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris dédiée à l’entrepreneuriat, organise depuis 2004 une école internationale d'été des jeunes entrepreneurs (EIEJE). La 5ème édition se tiendra du 5 au 17 juillet 2009, dans le site d’Advancia près de Montmartre à Paris.

L’école accueillera au total une quarantaine de jeunes francophones de 18 à 30 ans, issus d'une quinzaine de pays, dont une douzaine de Québécois, l’opération ayant le soutien de l'Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ).

L’école organise une formation intensive en entrepreneuriat à destination d’un public de jeunes de 18 à 30 ans. Tous sont hébergés pendant la durée du stage à la Cité Universitaire Internationale de Paris.

L’approche favorise une  dimension interculturelle, alternant apports théoriques et mise en pratique dans le cadre d’un travail en mode projet par équipes.

Chaque groupe réalise un business plan qu’il soutient devant un jury international. En 2009, la thématique sera celle de l'entrepreneuriat social et solidaire, ce qui explique qu’une collaboration se fera avec l'Atelier (Centre de ressources de l'économie sociale et solidaire en Île de France).

En 2009, l'école Advancia a « décidé d'élargir son recrutement, et met en place une action d'ouverture sociale Entrepreneuriat & Diversité ». L’école s’engage donc d’exonérer de frais d’inscription pour chaque jeune rentrant dans le cadre de ce programme. Les droits sont normalement de 1 200 €.

Les dépenses prises en charge comprennent la formation, les supports pédagogiques, l’hébergement, les repas du midi et le transport à Paris intra-muros, Il restera à la charge des jeunes les frais liés au déplacement pour se rendre à Paris. La date limite d'inscription est fixée au vendredi 29 mai 2009.

Le site internet d’Advancia propose des vidéos de témoignages des participants de 2008, ainsi que la brochure de présentation et le dossier de candidature :

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 00:09

L’APCM (Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat) et le Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) ont scellé un partenariat qui prévoit – à terme – la création de 22 universités régionales des métiers et de l'artisanat.

Le projet a été lancé en 2007 à Saint Maur des Fossés avec la la Chambre de métiers et de l’artisanat du Val de Marne. Elle s’appuie sur les centres de formation consulaires et sur le Centre national de l’entrepreneuriat, un institut spécialisé du Cnam. Elle repose sur un « certificat entrepreneur métiers de l’artisanat » qui combine une formation professionnelle et une formation managériale et aboutit à un titre de niveau 3 (équivalent à bac +2).

En 2008, la diffusion du certificat entrepreneur métiers de l’artisanat s’est élargie au Nord Pas-de-Calais et à la Lorraine. En 2009, la Bretagne et le Languedoc devraient suivre.

Dans le même cadre, le Centre national de l’entrepreneuriat lance, à l’automne 2009, une licence professionnelle « direction des entreprises artisanales et des petites entreprises ». L’enseignement se fera dans le centre de formation par apprentissage du Cnam, qui fonctionne déjà à Saint Denis (Seine Saint Denis).

Pour présenter cette action, un site internet a été  mis en ligne mi-février 2009 : Artisanat pour entreprendre.

 

 Alain Griset, président de l’APCM
Repost 0
Published by Benoit Willot - dans formation
commenter cet article

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents