Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 00:03

Le député-maire Ump de Brienne-le-Chateau (Aube), Nicolas Dhuicq, a expliqué lors du conseil municipal du 7 octobre 2011 pourquoi il assumait la fonction de président de la Maison de l’emploi de l’arrondissement de Bar-sur-Aube : « pour endosser le mauvais rôle. »

C’est le 15 septembre 2011 que la Communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube (CCRB) a, selon le quotidien régional L'Est Eclair, « lâché la maison de l'emploi » décidant sa fermeture d'ici fin 2011. Quelques jours auparavant, le syndicat mixte du nord-est aubois (SMNEA) avait lui aussi voté pour la fermeture. Le conseil d'administration le la MDE en a pris acte le 22 septembre.

Lancée en 2005, au début du plan de cohésion sociale, et supposée fédérer tous les organismes liés de près et de loin à l'économie locale, la MDE avait selon les élus perdu de sa substance jusqu'à devenir une « coquille vide ». Elle n’avait plus qu’un seul salarié, la directrice Nathalie Schuft.

Selon Nicole Maigrot, maire adjointe de Bar-sur-Aube, « la seule chose qui marchait » était le point d'accès à la téléformation (P@T): quatorze personnes ont bénéficié d’une formation à distance en 2010 et une vingtaine en 2011. Le P@T devrait être repris par la Mission locale de la Côte des Bars tandis que l'Espace métiers sera remplacé par des permanences.

Nicolas Dhuicq a surenchéri lorsque Bernard Mathieu, conseiller municipal Ps, définissait ainsi son rôle : « présider à un enterrement » : « Je suis là pour être le croque-mort ». Mais en fait ce devrait être Marie-Noëlle Rigollot maire (divers droite) de Baroville, présidente de la communauté de communes et conseillère générale qui se chargera des démarches liées au licenciement de la directrice et à la fermeture de la structure.

Le coût de la fermeture d’ici fin 2011 a été évalué à 45 000 €, dont près de la moitié pour la CCRB.

10 RIGOLLOT MN

Marie-Noëlle Rigollot, maire de Baroville

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 10:25

Nicolas Dhuicq, député UMP, s'est, selon les quotidiens régionaux lancé dans une difficile bataille pour tenter de convaincre les élus de l'arrondissement de la nécessité de maintenir la Maison de l'emploi de l'arrondissement de Bar-sur-Aube.

Est Eclair (22/02/2011) évoque la remarque de la directrice de la Maison de l'Emploi en octobre 2009, qui affirmait que la structure est « ce que les élus en font ». Le quotidien précise que « visiblement, au vu des événements de ces derniers jours, les élus n'ont pas l'intention d'en faire grand-chose » et ajoute que ladite directrice est en congé maladie.

Près de cinq ans après sa création, la Maison de l'Emploi, selon Libération Champagne (22/02/2011) « est loin d'avoir convaincu les élus de l'arrondissement » et aurait été « sauvée de justesse » début février, lors d'un conseil d'administration où peu d'élus ont fait le déplacement.

Le maire de Brienne-le-Château (Aube), qui préside la maison de l’emploi, constate que, avec les nouvelles missions liées au cahier des charges de 2009, la MDE doit faire face à de nouvelles dépenses, avec une participation aux charges du local et l’appel à un cabinet comptable. Couvrant un territoire de 30 000 habitants, la MDE reçoit 36 000 € de l'État, 25 000 € de la Région Champagne-Ardenne et 18 000 € des collectivités.

Cependant, Nicolas Dhuicq, convient qu’il est bien en mal de présenter des résultats de l’action de la maison de l’emploi : aucune statistique, aucun chiffre à présenter, si ce n'est l'exemple des seize personnes qui suivent une téléformation grâce au point d’accès à la téléformation, mis en place par le service formation à distance créé par la région. Un emploi à temps partiel dédié à la téléformation s'est arrêté le 20 février ; un remplacement est assuré jusqu'à cet été.

La MDE accueille également une autre initiative de la région champenoise, un Espace Métiers. C’est d’ailleurs ce qui fait, selon son président, que la structure mérite d’être maintenue : « si la Maison de l'Emploi disparaît, l'Espace Métiers aussi. » Il a donc proposé aux élus locaux de pour pérenniser l'outil jusqu'en 2014 dans le cadre d’une nouvelle convention.

L’argumentaire ne convainc pas tout à fait Marie-Noëlle Rigollot (divers droite), maire de Baroville, présidente de la communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube et conseillère générale. Dans Est Eclair, elle s’interroge : « on ne va pas laisser le déficit s'accumuler sans savoir si la Maison de l'emploi présente un intérêt ou une efficacité ». Elle indique vouloir « savoir exactement à quoi sert la structure. »

Une assemblée générale est convoquée le 4 avril 2011, avec à l’ordre du jour une modification des statuts. Mais la question du devenir de la structure pourrait y faire débat.

La MDE de Bar-sur-Aube dispose d’un site internet, en fait une seule page d’accueil qui renvoie vers le site régional des Espaces métiers et vers celui de Pôle emploi.

 Nicolas Dhuicq, député de l'Aube

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 00:03

Structure portée par la communauté d'agglomération Cœur d'Ardenne, la Maison de l'emploi et du développement économique du bassin d’emploi de Charleville-Mézières (Ardennes) a présenté son bilan pour 2009. Il traduit l’accélération de la crise, avec un doublement des personnes accueillies (1 230) et une augmentation encore plus forte des contrats de transition professionnelle (CTP) signés puisqu’il y en a eu 500 au lieu de 200 en 2008, selon le quotidien régional L’Union (30/09/2010), « en raison d'un grand nombre de fermetures d'entreprises et de plans de licenciements. »

La maison de l’emploi emploie en direct 4 salariés. Elle accueille également 20 personnes sur la cellule gérant le CTP, un responsable du Groupement d'employeurs GEIQ et deux agents du PLIE (programme local d'insertion économique). La mission locale, qui compte 28 employés, est co-locataire. Au total, 50 personnes travaillent sur le site de l'Alhambra.

Le taux de sortie du CTP pour emploi durable a été mesuré à 47 %, auxquels s’ajoutent 18%  d’accès à une formation qualifiante ou à des CDD de moins de 6 mois.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 00:06

La Maison de l'emploi et des métiers d'Epernay et sa région a a tenu son assemblée générale dans la commune du Mesnil-sur-Oger, en présence de 5 conseillers généraux et d’un membre du conseil régional, selon le quotidien régional L’Union (17/06/2010),

Le président de la MDEM, Claude Maréchal, vice-président de la communauté de communes Épernay Pays de Champagne et adjoint au maire d’Épernay (Ump), a estimé que si le « bilan est positif et bien partagé avec les acteurs et les décideurs… » la maison de l’emploi a « encore des marges de progrès » et le contexte de crise économique « impose un programme d'actions 2010 adapté… »

Le directeur, Laurent Philippot, a sollicité des témoignages de professionnels pour mettre en valeur les 5 actions phares de la maison de l’emploi. Il s’agit selon lui de l'observation du territoire, des services aux entreprises, du VITeff (le salon international des techniques champenoises et effervescentes), d’un chantier d'insertion viticole et du salon de la création/reprise d'entreprise.

La maison de l’emploi champenoise a mis en place espace métiers, assurant des animations, informations et conseils, s’appuie sur le comité de bassin d'emploi, promeut l’utilisation de Nacre (Nouvel accompagnement à la création et reprise d’entreprise) et s’engage également en faveur de l'économie sociale et solidaire.

Les perspectives pour 2010 sont l’adoption d’une démarche de type Agenda 21 et l’ouverture d’un relais de services publics dans la commune de Dorma.

Marechal-C-Epernay.jpg

Claude Marechal, maire adjoint d'Epernay

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 00:02

Le quotidien régional édité en Champagne, L’Union, publie, le 10 février 2010 un point de vue : « Maisons du département, de la région, de l'emploi… Elles nous coûtent cher. »

Catherine Frey remarque que les structures d'information « n'en finissent plus d'ouvrir en ville » à Reims (Marne) : emploi, jeunes, département, tramway, région… Pour la signataire de l’article « ces antennes ont toutes deux points communs : elles sont peu fréquentées et sont financées par l'argent des contribuables. Ne sont-elles pas un luxe dont on pourrait se passer ? »

Pour les transports en commun, qui a mis en place des espaces Infotram, le jugement est lapidaire : « il n'y a jamais un chat ». C’est tout aussi sec au sujet de la maison du conseil régional Champagne Ardenne : deux salariés et zéro visiteur lors de la visite de la journaliste ; les chargés d’accueil assurent en avoir 6 à 7 par jour, porteurs de projet venant faire des demandes de subventions. La maison du département de la Marne  joue sur deux tableaux : la culture et le social ; elle enregistre une quinzaine de personnes quotidiennement.

Quatrième visite pour la rédactrice, la Maison de l'emploi et des métiers. Elle y compte « deux jeunes filles qui pianotent sur les postes internet en libre accès ». Les cinq salariés gèrent un site exclusivement consacré à l'information sur les formations et sur les métiers. Ils accueillent 5 ou 6 personnes par jour.

La maison de l'emploi et des métiers du bassin rémois, financée en partie par le conseil régional, a un projet d'extension avec l'arrivée annoncée d'un directeur général et de plusieurs chargées de mission.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 00:09

Si la ville de Romilly-sur-Seine (Aube) n’a jamais obtenu le label « maison de l’emploi » au titre du plan de cohésion sociale, elle poursuit la construction de sa Maison de l'emploi, de la formation et de l'économie de Romilly (MEFER).

Le 11 décembre 2009, Éric Vuillemin, maire de Romilly (divers droite), y inaugurait ainsi le Point information jeunesse. Une pépinière et un hôtel d'entreprises sont également en construction rue Milford-Haven sur un terrain communal de 1,7 ha.

La livraison de l’hôtel est prévue en juin 2010, celle de la pépinière en avril 2011. Avec 1 500 m2, la pépinière sera dédiée à l'artisanat et à la petite industrie. L’hôtel d’entreprises comprendra six cellules de 500 m2, selon le quotidien régional Est Eclar (12/12/2009).

Également en avril 2011, le pôle administratif devrait être terminé et accueillir la Mefer, Pôle emploi, la mission locale et les chambres consulaires (Chambre de commerce et de l'industrie, Chambre de métiers et, peut-être, une permanence de la Chambre d'agriculture).

Malgré l’absence de label officiel, la Mefer bénéficie d’un financement de l'État (un million d'euros) ainsi que du conseil régional de Champagne Ardenne et du conseil général de l’Aube (500 000 € chacun) pour un projet de sept millions d’euros au total.

La deuxième ville de l'Aube a perdu, dans la décennie, une part importante de ses emplois industriels, qui étaient largement concentrés dans l’industrie de la chaussette.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 00:08

Nous avons évoqué dans un article précédent l’inauguration de la Maison de l'emploi et du développement économique du bassin d’emploi de Charleville-Mézières (Ardennes).

La création de la nouvelle structure ne fait pas plaisir à tout le monde.

Ainsi, Charles Rey s’exprime sur le blog de l’Association Anciens Thomé Genot, une entreprise de sous-traitance automobile dont les patrons du groupe américain Catalina, réfugiés aux États-Unis, ont été condamnés en septembre 2009 à cinq ans de prison ferme pour « recel, banqueroute par détournement et abus de biens sociaux » (Libération, 8/09/2009).

Charles Rey estime que l’aide à la recherche d’emploi ne sert pas à grand-chose, contrairement aux démarches en direction des entreprises.

Je vous livre ici ce qu’il présente comme son « commentaire personnel » (30/11/2009) suite à un article dans le quotidien régional L'Ardennais sur la Maison de l'emploi.

« On peut faire une maison de l'emploi toute neuve, avoir du personnel compétant, ce n'est pas avec  cela  que les chômeurs trouveront un emploi.

« Il faut que les patrons Ardennais soient impliqués dans cette démarche car ce sont eux qui embauchent. Malheureusement nous l'avions déjà demandé pour le contrat de transition professionnel mais aucune action dans ce sens n'a été prise et c'est toujours pareil.

« Il faut aider les petits entrepreneurs pour qu'ils embauchent et non pas des groupes multimillionnaires, qui après avoir eu les primes, délocalisent et laissent des milliers de chômeurs et des usines à l'abandon. Et c'est avec les impôts des contribuables que les collectivités locales devront faire le nécessaire pour raser ces friches industrielles. »

En lien avec l’association des anciens Thomé Génot, un Collectif de résistance ouvrière a placardé le 26 novembre 2009 sur de nombreuses friches industrielles ou à l'entrée de plusieurs villes de la Vallée de la Meuse des affiches et panneaux sur le thème « Ici, le capitalisme mondial a détruit X emplois. »

Apparu d'abord dans la Meuse, puis étendu aux Ardennes, il rassemble des militants de différents partis de gauche (mais essentiellement du NPA et du PS), des syndicalistes, des retraités, des chômeurs, des membres actifs d'associations (comme celles des ex-Thomé-Génot) mais aussi des militants d'organisations comme Attac qui ont en commun de vouloir faire « converger leurs luttes, de vouloir faire comprendre les souffrances des salariés victimes de la crise, de dénoncer les conséquences de la course aux profits… »

Selon certains de ces militants comme Nordine Kadri (NPA) ou Charles Rey (ex-Thomé), il y aurait une sorte de « panne syndicale » depuis les dernières grandes manifs du printemps.

Le collectif a manifesté le 5 décembre à Paris avec Agir contre le chômage (AC !).

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 00:02

La Maison de l'emploi et du développement économique du bassin d’emploi de Charleville-Mézières a ouvert, le 1er décembre 2009, dans un ancien cinéma de la préfecture des Ardennes, L'Alhambra.

Avec 1.300 m² sur trois niveaux, le local accueil les quatre salariés de la maison de l’emploi, mais aussi l’équipe en charge du contrat de transition professionnelle (11 personnes), l’équipe de la mission locale (28 salariés) et les trois collaborateurs du plan local d’insertion par l’activité économique (PLIE).

Le quotidien régional L’Union (30/11/2009) parle d’un « presque » guichet unique remarquant que Pôle emploi ne s’installe pas dans les lieux, même si des actions y seront assurées.

L’avantage du rassemblement est, pour Jean-François Goutte, directeur de la maison de l'emploi, que « chaque visiteur de telle ou telle structure de pouvoir avoir accès aux informations et aux services des autres structures… »

La Maison de l'emploi intègre un espace Métiers de la région Champagne Ardenne. Elle est présidée par Claudine Ledoux, maire de Charleville-Mézières (Ps).

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 00:01

C’est une importante interrogation que reprend le quotidien régional Est Eclair (6/10/2009) au sujet de la Maison de l'emploi de l'arrondissement de Bar sur Aube (Aube).

Le journaliste Willy Billiard, dans son article donne la parole à des élus qui tiennent un discours significatif, avant de présenter une réponse argumentée de la directrice de la maison de l’emploi Nathalie Schuft et de son président, Nicolas Dhuicq, député (Ump) de l’Aube, maire de Brienne le Château et conseiller général.

Si les interrogations et les réponses sont locales, la problématique recoupe très largement des débats que l’on retrouve dans de très nombreux endroits, y compris dans les outrances de quelques propos, c’est pourquoi, une fois n’est pas coutume, il me semble utile de cite ici intégralement ce papier.

« La Maison de l'emploi est ce que les élus en font », Willy Billiard, Est Eclair (6/10/2009)

« Alors que certains élus dénoncent le « manque de résultat » de la Maison de l'emploi, celle-ci réaffirme sa mission sur l'arrondissement

« La Maison de l'emploi ne nous coûte pas cher, mais qu'est-ce qu'elle nous rapporte ? » Cette simple remarque d'un élu la semaine dernière a canalisé bon nombre de mécontentements sur le rôle véritable que joue la Maison de l'emploi (lire nos baralbinages du samedi 3 octobre). « On a cru que ça allait faire quelque chose de bien », dit un autre. « C'est un gaspillage inimaginable ! », croit savoir un autre. « C'est pas eux qui font les emplois », s'emporte un troisième. Ces remarques n'ont pas tardé à faire réagir la directrice Nathalie Schuft et son président, Nicolas Dhuicq.

Le budget de la Maison de l'emploi se montait à 111 763 € en 2008. En plus des financements de l'État et de la Région, les collectivités territoriales versent leur écot, à raison de soixante centimes d'euros par an et par habitants. Soit 7 367 € pour le syndicat mixte du Nord-Est aubois, 2 701 € pour la communauté de communes des rivières et 7 975 € pour la communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube. D'où la question, « ça ne nous coûte pas cher, mais qu'est-ce qu'elle nous rapporte ? »

Coordination des acteurs

Nathalie Schuft ne cache pas le bilan de la structure. Lors de son arrivée en 2006, le taux de chômage sur l'arrondissement était de 8,3 %. Aujourd'hui « en période de crise », il est de 6,9 %. « C'est bien la coordination de tous les acteurs sur le territoire qui a fait baisser le nombre ! », assure-t-elle.

Chaque mois, une réunion du service public de l'emploi local (SPEL) est organisée. Tous les partenaires et élus de l'arrondissement sont concernés. Peu se déplacent. « La Maison de l'emploi est vraiment un outil pour les collectivités locales. Il s'agit de travailler avec tous, de faire un plan d'action commun. La Maison de l'Emploi est ce que les élus en font », martèle Nathalie Schuft.

Au cours du premier semestre 2009, plusieurs actions ont été menées : promotion des emplois de l'hôtellerie-restauration et auprès des employeurs publics, développement de la création d'entreprise… Sans parler des opérations de recrutement chez Véka Recyclage et la choucrouterie Laurent auparavant.

L'espace Métiers vient même, depuis le 1er octobre, d'être repris par la Région. Sa nouvelle coordinatrice est attendue le 19 octobre pour lancer de nouvelles actions. « On repart sur de nouvelles bases », assure la directrice. « C'est le seul endroit pour avoir un lien entre toutes les entreprises, la banque de données de formation de la Région et Pôle Emploi », précise Nicolas Dhuicq. Des bornes interactives ont été installées à Brienne, Vendeuvre, Soulaines et bientôt à Chavanges.

Seul petit problème de lisibilité que chacun semble reconnaître : le manque de communication autour des actions menées et la juxtaposition d'une telle structure sur la même plate-forme que les autres. »

Nicolas Dhuicq, député de l’Aube,

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 00:01

Je poursuis mon relevé des opérateurs retenus dans chaque région pour le nouveau dispositif d’accompagnement et de financement des créateurs d’entreprises, la Nouvelle aide à la création d’entreprise (Nacre).

Après les listes des opérateurs Nacre Bourgogne, en région Centre, en Languedoc Roussillon et dans le Nord Pas-de-Calais, voici celle de Champagne-Ardenne.

La liste est publiée par ARIFOR, le groupement d’intérêt public de l’Action régionale pour l’information sur la formation et l’orientation constitué par l’État et le conseil régional. Elle indique la date du 1er janvier 2009 comme entrée en vigueur du dispositif.

Si la plupart des organismes sont labellisés sur un seul des quatre départements de la région Champagne-Ardenne, et pour une ou deux des trois phases prévues, quelques uns ont une habilitation régionale pour les trois lots. C’est le cas de l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) et de GESCOP, un établissement basé à Nancy.

Les deux Boutiques de gestion, celle des Ardennes dans son département et celle de Champagne dans les trois autres, ont également un label couvrant toutes les étapes de l’appui à la création d’entreprises dans le cadre de Nacre.

Quatre des cinq chambres de commerce et d’industrie (Ardennes, Aube, Châlons-en-Champagne [Marne] et Haute-Marne) ont un label, mais uniquement pour la première phase (accompagnement avant création.

Trois Chambres de métiers et de l'artisanat (sur 4) sont retenues, pour la première et la troisième phase (accompagnement de la jeune entreprise pendant trois ans après création) : Ardennes, Aube, Marne. C’est le cas également du Centre de Reims (Marne) de l’AFPA (Association pour la formation professionnelle des adultes), une spécificité locale ainsi que du cabinet Compétences et Impulsions (Reims) ; ces deux derniers organismes ont un champ d’action régional.

Les 11 autres opérateurs sont retenus sur leur département d’implantation pour les phases 2 (structuration financière et financement) et 3. C’est le cas des six plateformes France initiative : Ardennes Initiative à Charleville-Mézières, Aube Initiative à Troyes, Haute-Marne Initiative à Saint-Dizier ainsi que des trois fonds de prêts d’honneur de la Marne, Pays du Champagne Initiative à Épernay, Marne Initiative Sud à Châlons-en-Champagne et Reims Initiative.

Les 5 cabinets d’experts-comptables sont dans le même cas : le Centre comptable des Ardennes à Montherme, et 4 organismes de l’Aube, la Société d’expertise comptable de Champagne (Troyes), Robert Thierry et associés (Romilly-sur-Seine), Cofiva (Estissac) et Agc-Cer Aube (Troyes).

Ces listes sont reprises sur la page Nouvelle aide à la création d’entreprise (Nacre) de ce site, où les nouvelles listes seront ajoutées au fur et à mesure de leur disponibilité.

-          Voir la liste des opérateurs de la Nouvelle aide à la création d’entreprise (Nacre) de Champagne-Ardenne.

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Champagne Ardenne
commenter cet article

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents