Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 00:01

Très étrange lecture que celle du collectif budgétaire, adopté en conseil des ministres le 11 mai 2011 et qui doit être débattu à l’Assemblée nationale le 6 juin.

Le quotidien Les Échos (17/05/2011) relève, en ce qui concerne les mesures du plan de mobilisation pour l’emploi, « ce ne sont pas 500 millions d'euros de rallonge mais seulement 350 millions que l'on retrouve » contrairement aux annonces faites par le président de la République, Nicolas Sarkozy.  

Trois mesures principales sont prévues.

Une dotation de 40 M€ doit permettre à Pôle emploi d’accroître le nombre de formations offertes aux demandeurs d’emploi. Elle est calculée pour financer 15 000 formations supplémentaires à un coût moyen inférieur à 2 700 €. En 2009 et 2010, le plan jeunes (Contrat d’accompagnement formation) avait ajouté un nombre important de places aux achats effectués par Pôle emploi. Comme il n’a pas été renouvelé en 2011, les formations offerts aux demandeurs d’emploi étaient jusqu’ici en baisse.

Le budget prévoit aussi le renforcement du suivi des par Pôle emploi chômeurs de longue durée avec 40 000 places complémentaires auprès des  organismes privés de placement (OPP). Mais n’oublions pas que le nombre de prestations offertes en 2011 était, jusqu’ici, en très forte baisse. Le budget de l’État est de 30 M€.

Le vrai souci vient de la troisième mesure, l’institution d’une rémunération pour les demandeurs d’emploi en fin de droit en formation (rémunération de fin de formation ou R2F). Cette aide d’État prend le relais d’une mesure antérieure, l’Allocation en faveur des demandeurs d'emploi en formation (AFDEF), qui n’est plus applicable en 2011. Elle doit permettre aux personnes dont l’indemnisation au titre de l’assurance-chômage s’arrête en cours de formation de percevoir un revenu de remplacement, sous différentes conditions (la formation doit être certifiante et correspondre à un métier déclaré en tension par un préfet).

La nouvelle aide (R2F) est moins généreuse que la précédente (AFDEF). Elle sera en effet calculée sur la base des aides publiques de stage, à savoir un maximum de 21 euros par jour ou 652 euros par mois. L’AFDEF était, en moyenne de 31 euros par jours, soit plus de 900 euros par mois selon des indications gouvernementales. Rappelons qu’il est prévu que la R2F s’applique de manière rétroactive au 1er janvier. Cependant, 652 €, c’est mieux que rien.

Mais ce qui est très étrange, c’est le calcul inscrit dans le texte transmis à l’Assemblée. Le projet de loi part de l’hypothèse de 30 000 bénéficiaires et calcule un coût moyen mensuel de 16 millions d’euros (en fait, 30 000 x 652 = 19 560 000 €).

Il est proposé d’inscrire une somme de 8 M€, le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) ayant été chargé – sans que son avis soit demandé – de financer le solde.

Oui mais 8 millions d’euros… ce n’est même pas la moitié du coût mensuel de la mesure. Or il s’agit du budget prévu pour la totalité de l’année 2011. En moyenne, les allocataires percevant l’AFDEF la touchaient pendant sept mois dans l’année, selon les données diffusées par le gouvernement.

Donc, pour payer la rémunération de fin de formation aux 30 000 personnes prévues dans les conditions fixées, il faut un budget annuel de 136,9 millions d’euros, c’est-à-dire 68,5 millions pour la seule part de l’État. Il manque donc plus de 60 millions.

Si elle est votée ainsi, la loi de finances rectificative ne permettra de prendre en charge que 12% du coût réel de la mesure.

Qu’en sera-t-il des personnes qui espèrent bénéficier de la R2F, et notamment des élèves infirmiers ? Avec les montants prévus au budget, elles ne pourraient guère espérer que moins de 100 euros par mois. Ou alors, il faudrait limiter l’accès à la mesure à 4 000 personnes sur les 30 000 qui en ont besoin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans politique publique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents