Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 00:07

En date du 7 mai 2010, l’équipe de la Maison de l’emploi de Paris s’adresse aux élus de la capitale et à ses partenaires. L’enjeu, c’est la préparation de l’assemblée générale extraordinaire du groupement d’intérêt public qui, le 17 mai 2010, pourrait décider de l’arrêt (ou de la continuation) de la structure.

Les 22 salariés se lancent dans un plaidoyer, qui est également une importante réflexion sur les politiques territoriales de l’emploi. C’est pourquoi je reprends ce texte ci-dessous.

« C’est une institution d’aide aux chômeurs, mais qui n’en reçoit pas un seul ».

Le Parisien du 12 avril dernier dans son édition « Paris » consacrait un article à la crise que traverse actuellement la Maison de l’emploi de Paris sous le titre : « La maison de l’emploi menacée de disparition ». C’est ainsi que l’on apprenait de la bouche d’un (mystérieux) conseiller du maire de Paris interviewé par Sébastien Ramnoux (journaliste au Parisien) que la MEP (l’institution d’aide aux chômeurs) et surtout ses 22 salariés devaient être en proie, et cela depuis longtemps, à une oisiveté – forcément délétère - puisqu’aucun chômeur n’avait jamais passé la porte de l’institution en question ni jamais bénéficié d’un entretien de conseil ou d’orientation.

Devant tant de clairvoyance au sujet d’une maison de l’emploi en activité depuis près de 4 ans et demi sur le territoire parisien et tant de bienveillance et de solidarité exprimées en direction d’une équipe tous les jours au service des demandeurs d’emplois et qui souffre aujourd’hui de la situation qui lui est faite, il nous est apparu indispensable, dans cette lettre, d’éclairer monsieur le conseiller et par là même, nos chers lecteurs. Nous savons bien qu’obscurantisme et pouvoir ont toujours fait bon ménage mais ont aussi toujours conduit à de grandes violences. Donc, les faits…

Depuis 2006, la Maison de l’Emploi de Paris a accueilli plus de 5 500 parisiennes et parisiens. Près de 1400 ont été suivis dans leur projet d’accès à l’emploi, au logement, à la VAE ou à la création d’entreprise. 573 personnes ont retrouvé un emploi, plus de 600 ont créé leur entreprise, 205 ont pu quitter leurs hébergements d’urgence, souvent insalubres et ont été relogées, plus de 100 ont accédé à un titre ou un diplôme via la VAE.

A travers les actions qu’elle développe, la MEP reçoit quotidiennement des demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, jeunes sans qualification ou seniors au chômage. Elle reçoit en entretiens individuels les publics orientés par les prescripteurs parisiens de l’emploi avant de les présenter à une entreprise pour un recrutement dans le cadre des clauses sociales ou de leurs besoins de recrutement en nombre. Elle reçoit les familles en attente d’un logement pour un bilan socioprofessionnel à l’entrée de la Plateforme des 3 GIP puis pour un suivi régulier de leur situation au regard de l’emploi et du logement. Elle reçoit (au sein de l’AFPA) les salariés précaires et les chercheurs d’emploi tout au long de leurs parcours de VAE jusqu’à l’obtention d’un titre professionnel ou d’un diplôme. Elle accueille (au sein de la CCIP) les porteurs de projets et les oriente dans les démarches à accomplir pour la création d’une entreprise, elle accompagne ceux qui ont un projet de services à la personne jusqu’à la création de leur activité.

Pour consulter le bilan quantitatif de nos plans d’action et points ressources depuis 2006 : http://www.maison-emploi-paris.fr/wp-content/uploads/2010/04/Bilan-quanti-2006-2010_avril20101.pdf

Pour consultez le bilan de la convention pluriannuelle d’objectifs 2005-2009 : http://www.maison-emploi-paris.fr/wp-content/uploads/2010/04/Bilan-CPO-2006-2009.pdf

Rappelons aussi que depuis janvier 2010, la MEP porte 8 référents de parcours emploi du PLIE 18ème-19ème. Ils accompagnent les demandeurs d’emploi tout au long de leur parcours de retour à l’emploi et interviennent au sein de structures municipales de proximité, telles que les Maisons des entreprises et de l’emploi, les Espaces insertion, les Services sociaux du département de Paris le Centre d’action sociale de la Ville de Paris.

Rappelons encore que la Maison de l’Emploi de Paris intervient en complémentarité des acteurs travaillant sur le territoire parisien, territoire riche en structures et en initiatives. C’est une structure d’ingénierie qui intervient en mode projet, qui développe des actions là où il n’existe pas de réponse adaptée à des problématiques spécifiques en matière d’accès à l’emploi ou de développement économique et qui construit les partenariats nécessaires dans une logique de mutualisation des moyens et des compétences.

Au delà des résultats quantitatifs cités plus haut, l’activité de la MEP se mesure aussi en terme de dynamiques créées par le montage de projets innovants entre des acteurs qui interviennent sur des champs communs mais qui souvent se connaissent peu et entre lesquels les logiques concurrentielles l’emportent parfois (souvent ?) sur les nécessaires logiques de coopération et de complémentarité, seules sources d’efficience. Pour exemple, citons l’expérimentation de la plateforme des 3 GIP, plateforme de coordination d’accès à l’emploi et au logement pérenne qui met en œuvre un partenariat de travail étroit entre le GIP Samusocial de Paris, le GIP Habitat et Interventions Sociales, Pôle Emploi, les gestionnaires de logements Solibail, l’Ordre de Malte, l’APTM ainsi que les liens de travail tissés avec des assistants de services sociaux du Département de Paris. Continuons d’éclairer monsieur le conseiller avec l’action de coaching de transmission d’entreprises en direction de cédants et de repreneurs d’entreprises des secteurs BTP et commerces de proximité pour laquelle les chambres consulaires (CCIP et CMAP), le département de Paris, Pôle Emploi/Créapass mais aussi la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, l’association des Cédants-Repreneurs d’Affaires, l’Union Régionale des SCOP se sont mobilisés.

La force de la Maison de l’Emploi de Paris c’est aussi les synergies créées entre chaque projet développé au sein de la MEP : accès à l’emploi via les clauses sociales pour les publics de la plateforme des 3 GIP ou du PLIE, accès facilité à une formation ou un emploi dans les services à la personne, à la VAE ou à la création d’entreprises pour tous les publics accueillis, en fonction de leurs projets professionnels.

Mais combien tout cela pèsera-t-il le 17 mai prochain ?

Et oui, l’assemblée générale extraordinaire du 17 mai approche. Elle décidera de la liquidation ou de la poursuite de la MEP. Nous restons déterminés à poursuivre notre activité en direction des demandeurs d’emplois, sans cesse plus nombreux, dont les situations sont sans cesse plus souffrantes et à ancrer davantage encore la MEP comme un outil partenarial au service du territoire parisien.

Démanteler la MEP, c’est tirer un trait sur tout le travail de réseau et de coordination qui s’est progressivement construit, avec l’ensemble de nos partenaires (plus de 200, nous vous le disions dans notre 1ère lettre ouverte) mais aussi en interne, entre les équipes projets.

A part cela nous avons continué de sillonner le territoire parisien, de sonner aux portes des décideurs, de convaincre (enfin, tenter…), d’argumenter, de défendre une cause juste.

Plusieurs rencontres bilatérales ont eu lieu ces dernières semaines :

·        M. Kupfer, préfet de Paris, M. Ricochon, directeur départemental du travail, Mme Maxwell, commissaire du gouvernement, avec l’ensemble de l’équipe MEP ;

·        M. Gueguen, conseiller du maire de Paris, M. Paris, chef de cabinet de M. Sautter, adjoint chargé de l'emploi, du développement économique et de l'attractivité internationale et Mme Gaillard de la Direction du développement économique et de l’emploi de la Ville de Paris avec les déléguées du personnel et la direction de la MEP ;

·        M. Sautter, adjoint chargé de l'emploi, du développement économique et de l'attractivité internationale et Mme Gaillard avec les déléguées du personnel.

Parallèlement, le président et la déléguée générale du réseau Alliance Ville Emploi ont rencontré M. Sautter et l’Union Départementale CFDT a été reçue par M. Paris puis par M. Kupfer et M. Ricochon au sujet de la Maison de l’Emploi de Paris.

Lors de ces rencontres, la Ville comme l’Etat ont déclaré qu’ils étaient prêts « à rouvrir le dossier de la Maison de l’emploi de Paris » si chacun acceptait de revenir sur ses positions. C’est pourquoi nous réclamons qu’une réunion rassemble l’ensemble des parties prenantes avant le 17 mai pour qu’elles s’accordent sur une solution technique et financière de poursuite de l’activité de la MEP.

Une telle solution existe. Elle a été préparée en interne à la MEP, en prenant en compte les échanges qui ont eu lieu et les orientations de la Ville et de l’Etat, dans le respect du cahier des charges national des maisons de l’emploi et dans un cadre financier… de crise… donc en réalisant de substantielles économies.

Mais derrière les annonces d’ouverture, chacun continue d’attendre que l’autre fasse le premier pas. L’avenir de la MEP est aujourd’hui suspendu à ce genre de jeu. Qui sont ces décideurs qui préfèrent laisser la situation se dégrader d’elle-même plutôt que de travailler à trouver des solutions communes ?

La tactique du pourrissement est trop bien connue pour que nous nous laissions faire. De grandes violences on vous disait…

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Ile de France
commenter cet article

commentaires

Antoine Leclercq 11/05/2010 09:09



Le "drame" des Maisons de l'emploi, c'est qu'elles sont peu connues du grand public. Elles n'ont pas les moyens de faire de la com, de se payer des pleines pages dans les magazines ou des clips
TV. Par contre, les "usagers" qui ont eu recours à leurs services leur en sont reconnaissants. Personnes éloignées de l'emploi, salariés en recherche de formation, créateurs dentreprise, et
entreprises qui y trouvent un accompagnement dans l'anticipation de la gestion de leur compétences. Plus grave: nombre d'élus de structures porteuses de Maison de l'emploi ignorent leurs
compétences. Il n'y a pas qu'à Paris...



Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents