Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2006 6 28 /10 /octobre /2006 00:00

L’Association des Centraliens, qui regroupe les anciens élèves de l’école centrale d’ingénieurs de Paris, et sa structure humanitaire Centrale-au-Cœur ont organisé le 21 septembre 2006 à Paris une conférence sur la complémentarité de la microfinance et du commerce équitable.

Dans cet article, nous reprenons les principaux points du contenu concernant le lien entre ces deux concepts qui ont irrigué l’économie solidaire ; ce qui concerne le commerce équitable et la microfinance, voir mes articles précédents.

Le commerce équitable et la microfinance se retrouvent dans leurs principes d’action : ciblage de ménages pauvres ou exclus des systèmes classiques (bancaires ou commerciaux) ; volonté de mettre en place des structures pérennes (viabilité financière des institutions de microfinance; recherches de débouchés stables et rentables, optimisation des filières de commercialisation pour le commerce équitable, etc.) ; cette recherche d’efficacité, et l’objectif de changement d’échelle doit s’accompagner d’une vigilance et d’efforts constants pour renforcer l’impact social sur les ménages bénéficiaires (principes du commerce équitable et labellisation, réflexion sur l’évaluation des performances sociales dans la microfinance).

Dans quel but développer cette complémentarité ?

- pour favoriser le développement de la microfinance en milieu rural et toucher davantage le secteur agricole, ce en utilisant les structures existantes du commerce équitable (coopératives, organisations paysannes…) ;

- pour répondre aux problèmes de financement auxquels les coopératives de commerce équitable doivent faire face ;

- pour répondre aux besoins des petits producteurs qui souvent aux recours à des intermédiaires financiers pour des crédits de campagne.

Problèmes de financement du commerce équitable :

- rationnement et coût trop élevé du crédit offert aux coopératives et aux producteurs ;

- faible diversification des ressources de financement.

Besoins de financement à 2 niveaux :

- niveau du producteur : il doit financer les intrants, le matériel, la main d’œuvre pour la récolte… Sans microcredit, le producteur doit se financer auprès d’un intermédiaire (sans aucune formalité administrative) qui risque de récupérer la récolte et la vendra à un prix moindre sur le marché conventionnel. L’avenir du commerce équitable passe par le développement de services de microfinance à ses membres, sans quoi les récoltes échapperont aux coopératives ;

- niveau de la coopérative : elle doit financer son BFR (besoin en fond de roulement) composé des coûts de transport, de stockage, de conditionnement… Ce préfinancement doit également permettre à la coopérative d’acheter la récolte à ses membres, sinon ce sont les intermédiaires qui la leur achèteront.

Eléments de discussion au cours de la table ronde :

- Les organisations paysannes du Sud mènent déjà cette réflexion sur la complémentarité avec la microfinance. Il existe de nombreux exemples de coopératives ayant mis en place des structures de services financiers à la personne ;

- Le besoin en financement des coopératives se chiffre en dizaine de milliers d’euros et échappe donc à la microfinance traditionnelle. Toutefois, les plus grosses IMF, disposant des liquidités suffisantes, pourraient répondre à cette demande et bénéficieraient de la sorte de gros clients, assurés de leur vente grâce aux commandes du commerce équitable, et moins risqués que les filières classiques ;

- Il faut veiller aux problèmes de gouvernance pour les caisses de prêt au sein des coopératives agricoles : le spécialiste agricole qui conseille le producteur sur sa récolte ne peut pas jouer le rôle de chargé de crédit. Les différentes expériences de liens entre services d’appui à l’agriculture et services financiers montrent généralement qu’il faut deux entités distinctes pour mener à bien chaque rôle et éviter toute confusion ;

- Si le commerce équitable est efficace au niveau local, en permettant la survie d’un million de producteurs, peut-on transposer le principe à un niveau plus global, en touchant le milliard de petits producteurs à travers le monde ?

Ne risque-t-on pas de les figer alors dans leur situation actuelle de petits producteurs, sans leur laisser de perspectives de développement ou d’évolution vers d’autres métiers plus rémunérateurs ? Pour les intervenants de la table- ronde, on peut voir que cela ne bloque pas l’évolution des structures : les enfants des producteurs et agriculteurs du commerce équitable peuvent être scolarisés et n’ont pas envie de devenir agriculteurs à leur tour.

- Le commerce équitable ne sera pas plus cher que le commerce conventionnel si les volumes continuent à augmenter. Même si les importateurs paient la matière première 91% plus chère, il y a moins d’intermédiaires jusqu’au consommateur qui ne paie le produit que 7% plus cher aujourd’hui. Le principe du commerce équitable permet également une fidélisation du consommateur et de très grosses économies sur la publicité (par rapport au commerce conventionnel). Si le commerce équitable n’est pas plus cher, il ne contredit pas les lois du marché et ne bloque pas des fonds qui pourraient être attribués à d’autres programmes de développement (en raisonnant à l’échelle mondiale, dans l’hypothèse où le commerce équitable toucherait des milliards d’agriculteurs)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents