Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 00:00

L’Association des Centraliens, qui regroupe les anciens élèves de l’école centrale d’ingénieurs de Paris, a mis en place une structure humanitaire Centrale-au-Cœur, pour parrainer certains projets qu’elle considère comme novateurs. 

L'Association a organisé le 21 septembre 2006 à Paris une conférence sur la complémentarité de la microfinance et du commerce équitable. Parmi les intervenants, on comptait Jacques Attali (PlaNet Finance, ONG internationale de microfinance) Tristan Lecomte (PDG Alter Eco, entreprise importatrice de commerce équitable), Pascale Geslain (PlaNet Finance), Cécile Lapenu (CERISE, comité d’échange, réflexion et d’information sur les systèmes d’épargne crédit), Clément Chauvet (Agrofine): L’animateur était Olivier Lecomte (professeur d’économie à l’Ecole Centrale). 

Dans cet article, nous reprenons les principaux points du contenu concernant la microfinance et dans un article prochain, nous complèterons avec le commerce équitable. 

La microfinance englobe tous les produits financiers - le microcredit, l’épargne, la microassurance… - à destination des populations pauvres exclues du système bancaire formel. Le microcrédit est né sous sa forme moderne en 1976 au Bangladesh, par l’intermédiaire de la Grameen Bank fondée par M. Yunus. 2005 était nommée année internationale du microcrédit par l’ONU, et on estime approximativement à 100 millions le nombre de microentrepreneurs membres d’institutions de microfinance (ce chiffre correspond plutôt à un objectif, en réalité, ils seraient moins nombreux : 60-70 M). 

Le montant moyen des prêts est proche de 300€, l’échéance du remboursement étant le plus souvent inférieur à 1 an. Le microcrédit connaît de très bons taux de remboursement, s’articulant sur des principes de solidarité, de participation, de proximité. L’objectif de la microfinance est de changer d’échelle, pour toucher une part encore massive de la population exclue des systèmes classiques. Certains objectifs de croissance ont été chiffrés à 300 millions de bénéficiaires en 3 ans. En tout état de cause, cette croissance passe par une institutionnalisation et une professionnalisation du secteur, en veillant toutefois à ce que les institutions de microfinance(institutions de microfinance) gardent l’impact social comme une priorité, au même titre que la viabilité financière (aujourd’hui, on peut estimer que seules 100 institutions de microfinancesur 10.000 sont rentables). 

La professionnalisation et le renforcement des institutions de microfinancepasse également par une prise de conscience des limites de la microfinance. Ce n’est pas un outil universel de lutte contre la pauvreté. Ainsi , les études d’impact montrent que le microcredit ne s’adresse pas aux plus pauvres des pauvres : les bénéficiaires doivent avoir une certaine capacité d’entreprenariat et bénéficier de certaines infrastructures pour développer leur activité. On note que 30-40% des bénéficiaires sont des commerçants, 30% des artisans. La microfinance reste peu développée au sein du milieu agricole rural (à cause des coûts et des risques plus élevés), là où se trouve pourtant 80% de la pauvreté mondiale… L’alliance avec le commerce équitable qui touche le milieu rural et permet d’assurer des revenus plus stables et plus importants peut ainsi favoriser l’octroi de services financiers au secteur agricole. 

Pour Jacques Attali, les outils économiques solidaires et alternatifs, notamment la microfinance et le commerce équitable, devront se développer au XXIeme siècle afin de lutter contre la pauvreté et les inégalités. Pour passer à une autre échelle, ces institutions devront se professionnaliser, et être gérées comme des entreprises, mais sans recherche du profit maximal. Il faut veiller également à ce que les populations défavorisées ne soient pas « utilisées » par des entreprises à des fins marketing, d’où l’importance des labels.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents