Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 00:00

Le lancement du Manifeste de l’économie solidaire  à l’initiative de l’association France Active, sous la plume de Claude Alphandéry et Edmond Maire, commence à provoquer un débat.

Plusieurs intervenants s’interrogent sur le fait que, tel qu’il est rédigé, le texte propose une vision restrictive d’un secteur en plein développement.

On trouvera ci-dessous le point de vue de André Jaunay, co-fondateur du réseau France Angels,  et auteur notamment du Guide de l'initiative (Syros 1998).

« Deux dimensions essentielles, qui constituent des priorités majeures, sont absentes et devraient donc, à mon sens, être ajoutées à la liste des propositions :

  1. « Une des caractéristiques principales de l'économie solidaire est le fait de considérer l'homme dans son intégrité, de se préoccuper de son épanouissement selon ses diverses facettes, sans se limiter aux dimensions matérielles. Dans le texte, le citoyen est essentiellement considéré comme un consommateur, le salarié comme un épargnant, les niveaux institutionnels comme des répartiteurs de richesses. Or, et depuis les origines de l'économie sociale ainsi que dans la récente dynamique de l'économie sociale, la préoccupation participative, la capacité du plus grand nombre à penser et à agir, à contribuer effectivement à la recherche, à la mise en œuvre et au contrôle des organisations et des réponses collectives, le souci de considérer que les bénéficiaires d'une organisation ou d'un service sont eux-mêmes une force de proposition et d'intervention potentielle, tout cela est essentiel. Dans un temps et un pays où la démocratie est, dans les faits, particulièrement limitée, où la segmentation sociale est de plus en plus nette, où la distinction publique et la capacité d'influence et de décision sont principalement liées à l'origine sociale et à l'inscription dans des cursus ou des réseaux inaccessibles au plus grand nombre, cette attention devrait être particulièrement préservée.
  2. « Une autre dimension est la prise en compte de la maîtrise des ressources, dans la proximité, et aux divers échelons collectifs. L'économie solidaire reste menacée par un déficit dans ce domaine. La générosité des buts porte parfois à s'exonérer de l'obligation d'efficience, celle-ci risquant par surcroît d'être minorée par l'instrumentalisation politique des thèmes de l'économie solidaire. Des exemples de dispositifs très consommateurs de subventions publiques alors que leur efficacité n'est pas avérée ont existé et existent sans doute encore. Or, comme chacun sait, les ressources sont de plus en plus contraintes (celles de la planète, mais aussi les ressources qui peuvent être affectées aux dépenses sociales, nécessaires à l'équilibre de certaines activités solidaires). Cette contrainte doit elle-même être partagée et assumée. La responsabilité des citoyens, des institutions, des élites est de prendre en compte de manière prioritaire cet impératif matériel. A défaut l'image même de l'économie solidaire, porteuse de valeurs humaines essentielles, pourrait être affectée. L'obligation de calcul des coûts, des impacts, des rapports coûts/avantages, et l'existence de dispositifs indépendants d'évaluation (on note bien les entreprises, pourquoi ne pas noter les actions et dispositifs solidaires et les actions administratives correspondantes ?), devraient être inscrites dans les priorités.
  3. « Ces deux préoccupations relatives au sens et à la citoyenneté invitent à énoncer une proposition supplémentaire : la sensibilisation, dans les parcours éducatifs, aux approches solidaires. On n'imagine pas, par exemple, de sensibiliser à l'initiative et à l'entrepreneuriat sans signaler les diverses formes d'organisations possibles : association, coopérative, entreprise classique. L'appel à l'État, responsable des programmes éducatifs (proposition n°10) pourrait intégrer ce souhait. »

  André Jaunay, préisdent d'honneur de France Angels

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Emploi et création
  • Emploi et création
  • : maison de l'emploi maisons de l'emploi maisons de l'emploi et de la formation émergence d'entrepreneurs création d'activités développement local lutte contre l'exclusion emploi microcrédit microfinance création d'entreprises cohésion sociale accompagnement
  • Contact

Qui rédige ?

Ce site est conçu et animé par Benoit Willot.

Contact : benoitwillot@emploietcreation.info

Le site Emploi et création a été lancé en janvier 2005. 


Consulter Emploi et création depuis un téléphone portable

Le blog Emploi et création est compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez le consulter à l'adresse suivante :

Recherche

Documents

Documents à télécharger :


Le Cahier des charges 2009 des maisons de l’emploi (décembre 2009)

Les Modalités de financement des maisons de l’emploi (décret de décembre 2009)

Rapport du groupe de travail sur l’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour le conventionnement des maisons de l’emploi  (Michel Thierry, IGAS, septembre 2009)


L’étude de la DARES : Les maisons de l'emploi conventionnées avant fin juillet 2007 (mars 2009)
Le rapport final de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (juin 2008)

Le rapport intermédiaire de Jean-Paul Anciaux, député de Saône et Loire, sur l'évaluation des maisons de l'emploi (janvier 2008) avec sa première annexe et sa deuxième annexe.
Le
rapport de Marie-Christine Dalloz, députée du Jura, sur les maisons de l'emploi (juin 2008)
La loi du 13 février 2008 sur la
réforme du service public de l'emploi

La carte des maisons de l'emploi en métropole en décembre 2008 (source : DGEFP, Dares)

L'annuaire des maisons de l'emploi (réalisé par le ministère de l'emploi, mars 2007) 

La liste des maisons de l’emploi labellisées et conventionnées (juin 2008, source DGEFP)

Texte Libre

Articles Récents